•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saskatchewan estime qu’elle enregistrera 420 décès par surdoses en 2022

Heather Balfour et Rachel Balfour.

La fille de Heather Balfour, Rachel Balfour, a perdu la vie en 2019 à la suite d'une surdose.

Photo : Fournie par Heather Balfour

Radio-Canada

Alors que la Saskatchewan a recensé 355 décès liés aux surdoses en date du 31 octobre, le coroner en chef de la province, Clive Weighill, craint que ce chiffre n'atteigne 420 d’ici la fin de 2022.

Si ses estimations deviennent une réalité, ceci représenterait un nouveau record établi en Saskatchewan.

En 2021, la province avait recensé 409 décès liés aux surdoses.

Clive Weighill estime que le fentanyl est en grande partie à l'origine des morts liés à la consommation de drogue.

Cet opioïde serait jusqu’à 100 fois plus toxique que les autres drogues, selon un rapport publié par la province.

Selon le rapport du bureau de coroner de la Saskatchewan, 93 décès accidentels liés au fentanyl sont survenus entre le 1er janvier et le 31 octobre 2022, alors qu'il y a eu 53 décès liés à la consommation d’un mélange d’acétyles et de fentanyl au cours de la même période.

Le combat ultime d’une mère

Le nombre de décès liés aux surdoses continue d’augmenter chaque année en Saskatchewan depuis 2016.

En 2019, Heather Balfour, a perdu sa fille de 18 ans, Rachel.

Quatre mois après son décès, un rapport d’autopsie a révélé que Rachel Balfour avait succombé à un empoisonnement lié au fentanyl.

Heather Balfour affirme qu’elle ne savait pas que sa fille avait un problème de dépendance. Elle dit que cette dernière était une étudiante brillante qui souffrait de dépression et d’anxiété.

« Il y a un aveuglement à propos des problèmes de dépendance et de l’approvisionnement des drogues toxiques. Plusieurs pensent que cela ne peut pas leur arriver. J’étais l’une de ces personnes il y a cinq ans. »

— Une citation de  Heather Balfour, habitante de la Saskatchewan

Après le décès de sa fille, Heather Balfour a rencontré des familles qui ont elles aussi perdu des êtres chers à cause des surdoses.

Ces rencontres l’ont poussée à mettre en place une section réginoise de l'organisme national Healing Hearts, qui vient en aide aux familles touchées par ce fléau.

À travers cet organisme, des familles peuvent se réunir en personne à Regina et à Saskatoon pour s'aider dans leur processus de deuil. Les personnes qui habitent dans les régions rurales de la Saskatchewan peuvent se rassembler en ligne à travers la plateforme Zoom.

Heather Balfour affirme que le fait de venir en aide à ces familles est une façon pour elle d’honorer la mémoire de sa fille. Je sens sa présence autour de moi chaque fois que je me rends à ces rencontres, dit-elle.

Avec les informations de Shauna Powers

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !