•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Virée sous les étoiles » : un Autochtone réclame le congédiement d’une policière

Portrait de Jeremiah Skunk.

Jeremiah Skunk se dit victime de la sergente de la PPO Tammy Bradley, qui l'aurait abandonné sur le bord de l'autoroute. Une pratique communément appelée « Starlight Tours ».

Photo : CBC Logan Turner

Radio-Canada

Jeremiah Skunk, de la Première Nation Mishkeegogamang, et Wilfred King, chef de la Première Nation de Gull Bay, réclament le congédiement de la sergente Tammy Bradley, qui aurait abandonné M. Skunk sur le bord d’une route éloignée du Nord-Ouest de l'Ontario en 2019.

La PPO a toutefois préféré affecter la sergente à de nouvelles fonctions.

Lors de l'été 2019, la sergente Tammy Bradley aurait menotté le jeune homme à la suite d’une dispute avec sa petite amie à Armstrong et l’aurait escorté à dix minutes de la ville en l’avertissant qu’il serait accusé d’intrusion s’il y remettait les pieds.

M. Skunk aurait alors marché entre 10 et 14 heures pour se rendre à Gull Bay, la communauté la plus proche d'Armtrong, près du lac Nipigon.

Lors de son périple, Jeremiah Skunk a dû s’hydrater en buvant dans des flaques d’eau et gérer une rencontre avec une ourse et ses deux oursons.

« J’aurais pu mourir. »

— Une citation de  Jeremiah Skunk

Le porte-parole de la PPO, Bill Dickson, a confirmé à la CBC qu’une enquête a été menée et que la policière en question ne travaille plus dans la région de Gull Bay.

Cependant, il n’a pu procurer de détails supplémentaires sur des mesures disciplinaires potentielles qui auraient pu être appliquées, invoquant la nature personnelle et confidentielle de l’affaire.

De son côté, M. King juge que cette mesure est une promotion plutôt qu’une mesure disciplinaire, puisque la majorité des officiers de la PPO ne voudraient pas d’un poste dans le Nord.

« Elle [Tammy Bradley] a maintenu son rang de sergente et je ne sais si elle supervise d’autres officiers ou non ou si elle opère dans ou près d’autres Premières Nations. »

— Une citation de  Wilfred King, chef de la Première Nation de Gull Bay

CBC n’a pu vérifier les faits et a demandé à M. Dickson si la sergente Bradley leur accorderait une entrevue. La PPO n’a pas donné suite à cette requête.

Trois plaintes en attente d’une réponse

En plus d’une plainte déposée par Jeremiah Skunk, Wilfred King confirme que Gull Bay a également déposé une plainte à la PPO en 2019. Aucune suite n’y fut donnée.

M. King a ainsi déposé une autre plainte directement auprès du commissaire de la PPO, Thomas Carrique, en février 2022. Il a garanti la tenue d’une enquête et le partage des résultats à la communauté.

Portrait de Wilfred King.

Le chef de Gull Bay, Wilfred King, confie ne plus faire confiance à la PPO depuis l'incident impliquant Jeremiah Skunk.

Photo : Nokiiwin Tribal Council

Le chef de la Première Nation de Gull Bay prétend qu’à part quelques coups de téléphone et courriels, les résultats de l’enquête ne sont pas connus ni les mesures disciplinaires.

Le comportement de la sergente Bradley requiert une investigation transparente et une responsabilité publique, selon M. King.

Par voie de communiqué, les élus néo-démocrates Sol Mamakwa, député de Kiiwetinoong et chef adjoint de l’opposition officielle, et Lise Vaugeois, députée de Thunder Bay - Supérieur-Nord, soulignent l’horreur vécue par les membres de Kiashke Zaaging Anishnaabek (la Première Nation de Gull Bay) et exigent la mise en place de mesures afin que de tels actes ne se reproduisent plus. Cette communauté peut compter sur notre soutien dans leur volonté d’entamer une discussion de nation à nation avec le commissaire de la PPO en lien avec le travail des officiers et des plaintes spécifiques, ajoutent-ils.

Une pratique bien ancrée

La pratique connue sous le nom de Starlight Tours, ou virées sous les étoiles, consiste à conduire les Autochtones, surtout s’ils semblent intoxiqués, hors des villes avant de les abandonner.

La chercheuse Susan Schuppli du Goldsmiths College, université de Londres, se désole de l'histoire de Jeremiah Skunk, mais n’est pas surprise.

Les virées sous les étoiles sont historiquement bien ancrées au sein des pratiques policières, selon elle.

« Dès qu’un individu est abandonné, qu’il n’est pas correctement traité lorsqu'il est placé en garde à vue, il s’agit d’un crime… il s’agit d’un acte extrêmement abusif et violent. »

— Une citation de  Susan Schuppli, chercheuse

En 1990, Neil Stonechild, 17 ans, a été retrouvé mort de froid dans un champ à l’extérieur de Saskatoon. Une décennie plus tard, deux agents ont été congédiés, sans toutefois être accusés au criminel dans le rôle qu’ils auraient joué dans sa mort.

D’après les informations de Logan Turner de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...