•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meta met la hache dans son projet de montre intelligente et Portal

Plusieurs écrans de différentes tailles et des boîtes identifiées Portal sont placés sur une table.

Les produits Portal de Meta n'ont pas généré les revenus escomptés par l'entreprise.

Photo : AFP/Getty Images / JOSH EDELSON

Radio-Canada

Les licenciements de quelque 11 000 membres du personnel de Meta au début novembre se traduisent aussi par la fin de plusieurs projets pour l’entreprise, dont la montre intelligente sur laquelle le géant travaillait depuis octobre 2021, selon ce que rapporte l’agence Reuters.

La restructuration des équipes qui travaillaient sur la montre intelligente morte dans l'œuf permettra à Meta de recentrer ses efforts sur la conception de lunettes de réalité augmentée.

Portal aussi touché

Le couperet est également tombé sur Portal, l’écran intelligent semblable à l’Echo Show d’Amazon. La première version de cet appareil a vu le jour en 2018. Il permettait notamment de faire des appels vidéo et d’utiliser les applications du géant du web, comme Facebook, Instagram et WhatsApp.

Selon Variety et The Information, Meta avait déjà envoyé des signaux négatifs pour Portal en juin 2022 en décidant de freiner la production de l’écran intelligent de 10 po (25 cm). Constatant l’échec de l’appareil dans le marché grand public, Meta l’aurait laissé de côté comme gadget d’entreprise potentiel. Ce projet est maintenant abandonné.

Ça allait prendre tellement de temps et nécessiter tellement d’investissements pour arriver à pénétrer le marché des entreprises que ça ne semblait pas être la bonne [chose à faire que de poursuivre], a déclaré aux équipes Andrew Bosworth, le chef des technologies de Reality Labs de Meta.

Portal n’a jamais réussi à trouver son public, ne représentant qu’une petite part du marché des écrans intelligents.

Meta a annoncé au début du mois de novembre qu'elle allait mettre à la porte 13 % de son personnel dans le monde, ce qui représente environ 11 000 personnes. Pour expliquer la nécessité de couper dans les effectifs, le PDG de l’entreprise, Mark Zuckerberg, a montré du doigt notamment ses mauvaises décisions, de même que le ralentissement des revenus, lesquels sont en deçà des prévisions.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !