•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La paroisse de Vassan veut se départir de son église

Le curé Jacques Lacroix s'adresse aux personnes rassemblées dans l'église en Abitibi.

Le curé Jacques Lacroix appuie la décision des paroissiens.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Les autorités de la Fabrique Saint-Edmond-de-Vassan vont entreprendre des démarches pour se départir de l’église Saint-Vincent-de-Paul.

Une trentaine de paroissiens ont voté en ce sens dimanche, lors d’une assemblée spéciale.

La Fabrique est contrainte de prendre cette décision en raison de sa situation financière précaire et des travaux importants qui sont nécessaires sur le bâtiment vieux de 81 ans. Ces travaux prioritaires sont évalués à environ 95 000 $, dont 80 000 $ pour le champ d’épuration.

L'entrée principale de l'église Saint-Vincent-de-Paul.

L'église Saint-Vincent-de-Paul de Vassan.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Le curé Jacques Lacroix, qui administre les paroisses du secteur de Val-d’Or, appuie la décision des paroissiens.

On a l’argent pour faire les travaux à court terme, mais on en aurait eu pour un an ou deux de survie par la suite, explique-t-il. Est-ce que ça vaut la peine d’investir si on sait que ça va fermer? C’était la décision à prendre.

Le curé Lacroix estime qu’il faut se rendre à l’évidence : les revenus de la paroisse sont en déclin et ils ne permettent plus de subvenir aux dépenses. La Fabrique prévoit d’ailleurs essuyer un déficit de 15 000 $ en 2022.

On n’a plus l’église qu’on avait en 1950 ou 1975, rappelle le curé. Nous avons une messe à Vassan le dimanche et il y a entre 15 et 20 personnes, dont la majorité sont des personnes âgées, qui ne seront pas remplacées par des plus jeunes dans le futur. C’est beau d’avoir un beau lieu de culte, mais on est dans un cul-de-sac financier.

Denise Paradis s'adresse aux personnes réunies dans l'église de Vassan en Abitibi.

Denise Paradis, présidente de la Fabrique Saint-Edmond-de-Vassan, a exposé la situation financière de la paroisse.

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Pour la présidente de la Fabrique, Denise Paradis, cette nouvelle étape est un soulagement après deux années à chercher en vain des solutions.

Il nous reste des devoirs à faire pour trouver des personnes qui pourraient être intéressées à acheter, souligne-t-elle. C’est sûr que c’est une décision difficile. C’est un beau bâtiment en pierre des champs. C’est déchirant de fermer une église au cœur d’un village, mais on n’a pas le choix, il y a trop de choses à réparer.

Si le sort de l’église de Vassan demeure incertain, la Fabrique n’a pas statué sur celui de la paroisse Saint-Edmond-de-Vassan. Il n’est pas impossible qu’un nouveau lieu de culte, plus petit, soit établi à Vassan par la suite.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...