•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cryptomonnaies : FTX assure mettre « tout en œuvre » pour sécuriser les actifs

Montage avec le logo de FTX.

La plateforme d'échange de cryptomonnaies FTX s'est placée sous la protection de la loi américaine sur les faillites.

Photo : Reuters / DADO RUVIC

Agence France-Presse

Le nouveau patron de FTX, géant des cryptomonnaies désormais en faillite, a assuré samedi que l'entreprise met « tout en oeuvre pour sécuriser tous les actifs », après des transactions non autorisées, qui pourraient se solder par la disparition de centaines de milliers de dollars.

FTX US et FTX.com continuent de tout mettre en œuvre pour sécuriser tous les actifs, où qu'ils se trouvent, selon une déclaration de John Ray, nouveau président-directeur général et responsable de la restructuration du groupe, publiée samedi sur Twitter par Ryne Miller, responsable juridique de FTX.

Un accès non autorisé à certains actifs s'est produit, a confirmé John Ray. Celui-ci a remplacé vendredi à la tête de FTX Sam Bankman-Fried, son fondateur, qui venait de démissionner. La plateforme d'échange de cryptomonnaies, secteur très peu régulé, s'était placée le même jour sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.

Les responsables de FTX n'ont pas donné de détail sur le montant des transactions observées, mais plusieurs centaines de milliers de dollars pourraient avoir disparu.

Le cabinet d'analyse en cryptomonnaies Elliptic indique, dans une analyse publiée samedi, que seulement 24 heures après le dépôt de bilan (...) les portefeuilles de FTX ont été vidés de plus de 663 millions de dollars américains [833 millions de dollars canadiens].

Dans le détail, 477 millions de dollars américains [près de 600 millions de dollars canadiens] auraient été volés, tandis que le reste aurait été transféré dans un stockage sécurisé par FTX elle-même, précise Elliptic.

Une déroute inattendue

FTX, qui était encore considérée il y a 10 jours comme la deuxième plus grande plateforme de cryptomonnaies au monde et était évaluée à plus de 40,2 milliards canadiens (32 milliards de dollars américains), a connu une déroute éclair.

L'entreprise tente désormais de rassurer.

Entre autres choses, nous sommes en train de supprimer les fonctionnalités de trading et de retrait et de transférer autant d'actifs numériques que possible vers un nouveau dépositaire de portefeuille froid, c'est-à-dire un portefeuille non connecté à Internet destiné à stocker la cryptomonnaie, a ainsi détaillé le nouveau patron de FTX dans la déclaration publiée sur Twitter.

John Ray y a également précisé qu'un examen actif des faits (...) a été lancé immédiatement en réponse. Nous avons été en contact et nous travaillons en coordination avec les forces de l'ordre et les régulateurs concernés.

La journée de vendredi a marqué pour FTX un tournant, après une semaine de tourmente. Son fondateur, Sam Bankman-Fried, 30 ans, considéré comme étant à l'origine de l'un des plus influents succès de l'univers de la cryptomonnaie et jusqu'ici multimilliardaire, a démissionné et été remplacé dans la foulée par John Ray.

Puis, dans la nuit, le responsable juridique de FTX, Ryne Miller, avait fait état sur Twitter d'une enquête sur les anomalies avec les mouvements de portefeuille liés à la consolidation des soldes FTX entre les échanges et avait évoqué des faits peu clairs, car les autres mouvements ne sont pas clairs.

Des transactions non autorisées

Il a ensuite, samedi matin, indiqué que des transactions non autorisées avaient été observées, et que la plateforme a pris des mesures de précaution pour déplacer tous les actifs numériques vers un stockage à froid.

Le processus a été accéléré (vendredi) soir – pour atténuer les dommages lors de l'observation de transactions non autorisées, avait-il précisé. La déconfiture s'était fait jour lorsque des informations de presse ont révélé que son fonds Alameda Research investissait dans des cryptoactifs émis par FTX.com dans un montage financier hasardeux qui risque de révéler des conflits d'intérêts majeurs.

Les déboires de FTX ont aussi été accentués par le numéro un du secteur, Binance, qui a annoncé vendre une cryptomonnaie liée au groupe FTX dimanche, puis a offert de racheter FTX.com mardi avant de se rétracter mercredi.

Le groupe fait l'objet d'une enquête de la Securities Exchange Commission (SEC) et du département de la Justice à New York, selon le New York Times, citant des sources proches de l'enquête.

Et la tombée en disgrâce s'est étendue jusqu'à la NBA, avec le Miami Heat qui a annoncé que son stade, la FTX Arena, allait être renommé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...