•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le syndicat des pompiers veut suspendre le sauvetage nautique autour de Montréal

Une bouée jaune indiquant le danger de navigation.

Le syndicat des pompiers demande la suspension complète du sauvetage nautique partout autour de l’île de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Julie Dufresne

À la suite d’un nouvel incident impliquant l'embarcation du Service de sécurité incendie de Montréal (SIM), l’Association des pompiers de Montréal demande de carrément mettre fin au sauvetage nautique.

Selon les informations obtenues par Radio-Canada, le syndicat des pompiers a demandé à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) de forcer le SIM à suspendre complètement et intégralement ses opérations de sauvetage nautique.

Dans un communiqué adressé à ses membres, le syndicat estime qu’il s’agit de la seule solution possible jusqu’à ce que la formation, les équipements, le nombre d’intervenants et d’embarcations ainsi que la capacité du service à gérer et intervenir dans de telles missions soient adéquats pour éviter de perdre des sauveteurs à nouveau.

Selon nos informations, les pompiers se trouvaient à bord d’une embarcation Capelli lorsque ce nouvel incident est survenu, les bateaux HammerHead ayant été retirés des opérations quand l’émission Enquête a levé le voile sur les problèmes du secteur nautique et glace au SIM.

C’était au cours de la nuit du 24 au 25 octobre dernier. Deux équipes étaient à la recherche d’un homme dans les eaux du fleuve, un peu en aval des rapides de Lachine. Les opérations auraient conduit l’une des équipes à l’intérieur des limites de la zone d’exclusion, une zone que l’équipage ne connaissait pas, indique l’Association.

Selon nos informations, le GPS et le profondimètre de l’embarcation ne fonctionnaient pas. Les deux moteurs du bateau ont accroché les fonds et se sont trouvés hors fonction, dans un secteur où il y a un courant substantiel.

Le récit des événements vécus par l’équipage est suffisamment grave que l’Association l’a ajouté au dossier d’un signalement à la CNESST déjà engagé par elle en mai 2022. Le tout en raison des similitudes avec le triste événement du 17 octobre 2021 où l’un de nos frères a perdu la vie et que trois autres ont subi des lésions qu’ils n’oublieront pas, écrit le vice-président Richard Lafortune, faisant référence au décès du pompier Pierre Lacroix, en octobre 2021.

Le casque du pompier décédé Pierre Lacroix.

Pierre Lacroix est mort en héros alors qu'il participait à une opération de sauvetage dans les rapides de Lachine à la mi-octobre.

Photo : Radio-Canada / Jean-Claude Taliana

Au moins deux autres interventions dans la zone interdite auraient aussi eu lieu.

La CNESST confirme qu’elle a été sollicitée et qu’une rencontre est prévue lundi prochain avec l’employeur et l’Association : la demande du syndicat sera à l’ordre du jour.

Cette requête survient à moins de deux semaines du début de l’enquête publique que mènera la coroner Géhane Kamel sur cette affaire.

Nouveaux bateaux tous hors service

Radio-Canada a par ailleurs appris que six des douze nouvelles embarcations achetées par le SIM au coût de 7 millions de dollars et livrées au cours de l’été pour remplacer les HammerHead sont actuellement hors service. Selon nos sources, ce sont surtout des bris d’hélice, mais aussi de pieds de moteur qui ont forcé le SIM à les retirer de l’eau.

Deux embarcations Titan sur des roulottes.

Les Titan, les plus récents bateaux acquis par le SIM, sont actuellement tous hors service.

Photo : Radio-Canada / Julie Dufresne

D’après les informations que nous avons recueillies, le directeur du SIM Richard Liebmann lui-même a été impliqué dans un incident. Fin août, il voulait aller voir le comportement des Titan sur l’eau. Plusieurs sources nous indiquent qu’il est passé par-dessus bord après avoir frappé une vague alors que l’embarcation effectuait un virage. Par respect pour le processus entamé devant la CNESST, le SIM ne peut commenter davantage le dossier sur la place publique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !