•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bruno Marchand veut moderniser les parcs industriels de Québec

Bruno Marchand parle dans un micro.

Bruno Marchand présentait sa vision devant l’Institut de développement urbain.

Photo : Radio-Canada

Le maire de Québec n’a plus l’intention de permettre le développement des parcs industriels selon le modèle « des années 80 », soit en rasant des espaces boisés pour libérer de nouveaux terrains. Pour y arriver, il promet notamment d’alléger la réglementation municipale qui freine l’innovation.

On est lourd. On est parfois pénible pour ceux qui veulent innover, a admis Bruno Marchand dans un discours devant l’Institut de développement urbain. Selon lui, les règlements qui se sont empilés les uns sur les autres au fil des décennies mènent parfois à certaines aberrations qui compliquent la vie et qui en même temps sont antiécologique.

Le maire cite en exemple un règlement qui force les entreprises à aménager un certain nombre de stationnements en fonction de la superficie de leur bâtiment, des stationnements parfois excédentaires dont ils n’ont pas besoin.

Bruno Marchand veut aussi revoir les obligations concernant les marges autour des bâtiments industriels. En général, qu'est-ce qu'on fait? On met du gazon qui a une faible valeur écologique, observe le maire.

À la recherche de 3 millions de m2

Dans les 10 prochaines années, la Ville de Québec aura besoin de trouver trois millions de mètres carrés de terrains industriels à développer pour répondre à la demande. Le secteur est déjà sous pression avec un taux d’inoccupation à 3 %, alors qu’un marché équilibré se situe autour de 6 % d’inoccupation.

Selon l’administration municipale, une réglementation plus souple permettra d’optimiser les espaces disponibles et de développer environ un million de mètres carrés de terrains.

Le maire Marchand prévient que les entreprises doivent s’attendre elles aussi à faire des efforts pour un développement industriel plus en phase avec la lutte aux changements climatiques. Il encourage les entreprises à construire davantage en hauteur et à se partager les espaces de stationnements lorsque ce sera possible.

« Ceux qui veulent reproduire le modèle des années 80, bien je pense que présentement ils ne sont pas à la bonne place. »

— Une citation de  Bruno Marchand, maire de Québec

Pour le dernier tiers des espaces manquants, Bruno Marchand se résigne à ce que le développement se fasse à l’ancienne, soit en prenant de l’expansion dans des milieux naturels.

Avec nos deux autres stratégies, on n’arrive pas à combler l'ensemble de nos besoins. Il faudra faire quelques concessions. Dans certains cas, pour des boisés qui ne nous appartiennent pas, qui appartiennent déjà à ces gens-là, on va travailler avec eux pour construire des zones industrielles vertes, intéressantes.

La Ville de Québec travaille d’ailleurs à l’élaboration d’une vision des secteurs boisés de la capitale, document qui devrait être rendu public au début de 2023.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...