•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grève à l’usine de Damabois à Cap-Chat

Une cour à bois avec deux montagnes de copeaux.

L'usine est à l'arrêt depuis vendredi dernier. (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les 14 employés de l'usine Bois Chic-Chocs de Cap-Chat sont en grève générale illimitée depuis vendredi dernier.

La convention collective des 14 employés est échue depuis 2021.

Les travailleurs, notamment des journaliers et des opérateurs de machinerie lourde, ont d'ailleurs manifesté, jeudi matin, devant les installations appartenant au Groupe Damabois.

Selon le syndicat Unifor, la partie patronale a déposé une offre finale jeudi dernier dans le cadre des négociations en vue du renouvellement du contrat de travail.

La proposition a été rejetée à 95 % par les syndiqués le soir même. Ils ont déclenché une grève générale illimitée le lendemain matin.

Sans préciser l'ensemble des revendications syndicales, le représentant national d'Unifor, Martin Dugas, explique que les syndiqués veulent surtout obtenir la parité salariale avec les travailleurs des autres usines de sciage de la Gaspésie et du Bas-Saint-Laurent. Mais, ajoute le responsable syndical, on n’est pas là, la proposition de l’employeur fait en sorte que l’on conserve une distance avec les autres usines qui font le même produit.

Les résidus de Damabois sont l'écorce, la sciure et les copeaux.

Les travailleurs de l'usine de Cap-Chat veulent obtenir la parité avec les travailleurs des autres usines de sciage. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Unifor mentionne avoir déposé une contre-offre samedi dernier et ajoute que la balle est désormais dans le camp de l'employeur.

Selon Martin Dugas, les deux parties communiquent toujours entre elles.

Un conciliateur a été nommé dans ce dossier.

Le Groupe Damabois a reçu l'an dernier une aide financière de près de 10,4 millions de dollars pour moderniser l'usine Bois Chic-Chocs à Cap-Chat qui fabrique du bois de palettes. Le coût global du projet était alors évalué à 16,4 millions de dollars.

Avec les informations de Roxanne Langlois

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre ICI Gaspésie

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Gaspésie.