•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Mini-budget de l’Ontario : les coffres de la province sont-ils bien garnis?

Le ministre des Finances promet des « mesures ciblées » pour aider les Ontariens à composer avec l'inflation dans son énoncé économique.

Le ministre ontarien des Finances, Peter Bethlenfalvy, en point de presse avant le dépôt du budget 2022.

Le ministre ontarien des Finances, Peter Bethlenfalvy.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le gouvernement Ford présente lundi son Énoncé économique de l'automne, une sorte de mini-budget qui doit offrir un nouveau coup d'œil sur l'état des finances de la province. Le ministre des Finances a promis d'y inclure des mesures concrètes, dont la réduction de la taxe provinciale sur l'essence, pour soulager le portefeuille des Ontariens.

Nous cherchons toujours des manières de soutenir ceux qui ont besoin d'aide dans l'environnement que nous traversons, confie le ministre des Finances en entrevue avec Radio-Canada.

Dimanche, le ministre Peter Bethlenfalvy annonçait déjà que la taxe provinciale sur l'essence demeurerait réduite jusqu'en décembre 2023. Il s'agit d'une des mesures ciblées que contiendra son énoncé économique.

Doug Ford remplit un réservoir d'essence d'une voiture dans une station essence d’Etobicoke.

Doug Ford assure qu'en réduisant la taxe sur l'essence pour un an, une famille moyenne économisera 195 $ sur l'année.

Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

Le ministre réserve-t-il d'autres surprises dans son mini-budget, comme de nouveaux crédits d'impôt ou une nouvelle ronde de paiements directs offerte aux familles? Peter Bethlenfalvy demeure flou, mais admet que les familles et les entreprises ont besoin d'un petit coup de pouce alors que l'inflation continue son ascension.

Chose certaine, le gouvernement Ford semble bénéficier d'une marge de manœuvre importante pour intervenir financièrement auprès des Ontariens.

Le ministre ontarien des Finances Peter Bethlenfalvy sort d'un ascenseur avant une conférence de presse.

Le ministre ontarien des Finances Peter Bethlenfalvy.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

En septembre, le gouvernement Ford annonçait que le déficit de 13,5 milliards $ prévu dans son dernier budget pour 2021-2022 avait fondu. En fait, il s'est transformé en un surplus surprise de 2,1 milliards $. Une amélioration inespérée, rendue possible grâce aux recettes de l'État qui ont dépassé de 20 % les prévisions du budget.

L'économie ontarienne demeure-t-elle robuste? Comment se portent les finances publiques, alors que l'économie mondiale montre des signes de récession? L'énoncé devrait répondre à ses questions mais, déjà, le ministre Bethlenfalvy se fait rassurant.

« Nous sommes bien positionnés quoi qu'il arrive. »

— Une citation de  Peter Bethlenfalvy, ministre des Finances de l'Ontario

Dans un récent rapport, le Bureau de la responsabilité financière (BRF) faisait état de la force de l'économie de la province. L'organisme qui joue le rôle de chien de garde des finances publiques prévoit des excédents budgétaires dans la province dans un avenir prévisible.

Selon l'analyse du BRF, la croissance des revenus, même si elle devait ralentir par rapport à son rythme actuel, devrait dépasser les dépenses jusqu'en 2027-2028.

Un levier de négociation?

Si les surplus devaient continuer de s'accumuler dans les coffres de la province, le gouvernement aurait peut-être plus de difficulté à jouer la carte de l'austérité avec les syndicats du secteur de l'éducation. Comment justifier vouloir limiter les augmentations salariales à environ 2 % par année si la province n'est pas en situation déficitaire?

Deux grévistes tiennent des pancartes disant qu'elles sont des secrétaires.

Le gouvernement Ford et les employés de soutien dans les écoles ne s'entendent pas sur les salaires, notamment.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Parler de rigueur budgétaire devient plus difficile lorsque le ministre des Finances utilise de l'encre noire pour faire ses projections.

Les syndiqués auront-ils un nouveau levier de négociation? La réponse plus tard lundi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !