•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agnico Eagle est accusée de ne pas protéger la migration des caribous au Nunavut

Un camion lourd transporte de la roche dans une carrière.

La production de la mine Meadowbank, de l’entreprise Agnico Eagle, a débuté en 2010 au Nunavut.

Photo : Radio-Canada / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Le gouvernement du Nunavut accuse l’entreprise Agnico Eagle de ne pas respecter ses engagements envers la protection des caribous autour de sa mine Meadowbank et demande une enquête du gouvernement fédéral.

C'est la quatrième année consécutive que le gouvernement du Nunavut présente des preuves de l'incapacité [d'Agnico Eagle] à mettre en place la fermeture des routes prévue dans le cadre du plan de gestion de l'environnement terrestre, indique le sous-ministre de l'Environnement du Nunavut, Jimmy Noble Jr., dans une lettre datée du 17 octobre.

Dans cette lettre adressée au ministère fédéral des Relations Couronne-Autochtones et Affaires du Nord Canada et à la Commission du Nunavut chargée de l'examen des répercussions, il affirme que le respect des mesures de protection des caribous était un facteur important dans l'examen de ce projet par le gouvernement territorial.

Selon le ministère de l’Environnement, l’entreprise n’aurait pas fermé certaines routes lorsque des caribous migraient à proximité, et ce, à plusieurs reprises, ce qui constituerait une violation des conditions de leur permis d’exploitation.

Des uniformes de travailleurs sur le site de la mine Meliadine.

La compagnie minière Agnico Eagle gère trois mines au Nunavut : Hope Bay, Meliadine et Meadowbank.

Photo : Radio-Canada / Matisse Harvey

Agnico Eagle soutient pour sa part qu'elle remplit toutes ses obligations. Nous sommes désolés que le gouvernement du Nunavut soit en désaccord avec la mise en œuvre des mesures d'atténuation visant à protéger la population de caribous par notre équipe, affirme par courriel Casey Paradis St-Onge, son porte-parole, en réponse aux sollicitations de CBC.

Nous continuerons à discuter avec les autorités et les associations locales afin de parvenir à une compréhension commune de la situation , écrit-il.

Les inquiétudes du gouvernement du Nunavut concernent deux routes de la mine près de Baker Lake : la route d'accès praticable par tous les temps de la mine Meadowbank, et une autre qui relie une mine à ciel ouvert à des installations de traitement de Whale Tail.

La lettre du sous-ministre explique que le projet d'expansion de la mine Whale Tail prévoyait que la route soit automatiquement fermée si une douzaine de caribous ou plus étaient aperçus à moins de 1,5 kilomètre de la route lors des périodes de migration, soit du 1er avril au 25 mai et du 16 septembre au 7 décembre.

Le sous-ministre affirme, en s’appuyant entre autres sur des données du rapport annuel d’Agnico Eagle, que durant ces deux périodes en 2021, pendant plusieurs jours, ces routes n'ont pas été fermées, alors qu'elles auraient dû l'être.

« L’engagement de fermer automatiquement les routes durant les périodes de migration est la pierre angulaire des mesures du projet de protection des caribous. »

— Une citation de  Jimmy Noble Jr., sous-ministre de l'Environnement du Nunavut

Le rapport indique qu'un tel manquement aux exigences du projet constitue un abus de confiance et sape l'intégrité du processus d'évaluation environnementale au Nunavut. Le gouvernement du Nunavut n'a pas souhaité s'exprimer à ce sujet.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...