•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kris Austin et les langues officielles : « Ça n’a aucun sens », dit Trudeau

Dans une lettre à Blaine Higgs, des députés fédéraux demandent que Kris Austin soit retiré du Comité de révision de la Loi sur les langues officielles.

Le premier ministre Justin Trudeau en compagnie du ministre Dominic LeBlanc et de la députée Jenica Atwin.

Le premier ministre Justin Trudeau en compagnie du ministre Dominic LeBlanc et de la députée Jenica Atwin lors d'une annonce au Nouveau-Brunswick mardi.

Photo : Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau dénonce à son tour la nomination du ministre néo-brunswickois Kris Austin au Comité de révision de la Loi sur les langues officielles de cette province. M. Trudeau a abordé cette question avec le premier ministre Blaine Higgs lors d'une rencontre, mardi, mais ce dernier persiste et signe.

Kris Austin demeure au comité

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick n'a pas l'intention de demander à Kris Austin de quitter le comité de révision de la loi sur les langues officielles. Il l'a confirmé à la suite de sa rencontre avec Justin Trudeau où il a été question de cette affaire.

Blaine Higgs a répété qu'il souhaite avoir différentes voix autour de la table et a tenu à préciser que Kris Austin accepte la loi sur les langues officielles et le caractère bilingue de la province.

Kris Austin en mêlée de presse, entouré de micros et d'enregistreuses.

Kris Austin, alors chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, en mêlée de presse à la sortie de l'Assemblée législative en mars 2020 à Fredericton

Photo : La Presse canadienne / Stephen MacGillivray

Par ailleurs, Blaine Higgs s'est dit surpris que le premier ministre canadien se mêle de ce dossier.

Avec tous les enjeux au pays, le prix du diesel, l’inflation, c’est surprenant que la nomination d’un membre du cabinet à un comité adhoc est une question d’intérêt national , a déclaré Blaine Higgs, en accusant Justin Trudeau de vouloir détourner l'attention des enjeux réellement importants.

« Ça ne fait aucun sens de choisir quelqu'un sur un comité pour protéger les langues officielles et protéger le français qui a démontré tout au long de sa carrière qu'il n'est pas intéressé pantoute à protéger les langues officielles et à protéger le français. »

— Une citation de  Justin Trudeau, premier ministre du Canada

De passage au Nouveau-Brunswick, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé qu'il est important d'avoir différentes perspectives pour bien faire [la révision de la loi], mais il faut s'assurer que tout le monde sur ce comité veut vraiment protéger les langues officielles et le bilinguisme.

Jusqu'en mars dernier, le ministre progressiste-conservateur Kris Austin était à la tête de l'Alliance des gens, un parti connu pour ses positions hostiles à l'endroit du bilinguisme officiel. Depuis, il a intégré le caucus progressiste-conservateur et obtenu une place au sein du comité avec le premier ministre et huit autres députés pour participer au processus de révision de la loi.

Des députés fédéraux demandent le retrait d'Austin

Les six députés libéraux fédéraux du Nouveau-Brunswick ont dénoncé conjointement mardi la nomination du ministre Kris Austin au sein du comité gouvernemental sur la révision de la Loi sur les langues officielles.

La présidente de leur caucus, la députée Jenica Atwin, a envoyé une lettre au premier ministre Blaine Higgs pour lui demander de retirer Kris Austin du comité.

Jenica Atwin en t-shirt devant un arbre.

La députée libérale fédérale Jenica Atwin (Archives)

Photo : Radio-Canada / Michel Corriveau

Selon ces députés fédéraux, les prises de position de Kris Austin à l'époque où il était chef de l'Alliance des gens du Nouveau-Brunswick auraient dû le disqualifier d'emblée.

L’opposition de M. Austin au statut bilingue du Nouveau-Brunswick a été démontrée à maintes reprises. M. Austin a entre autres déclaré que la commissaire aux langues officielles était « extrémiste » et que son travail n'apportait pas grand-chose, proposant même l’abolition de son poste, affirme Jenica Atwin dans la lettre.

Parmi les signataires de la lettre, le député René Arseneault – qui est aussi président du Comité permanent sur les langues officielles à Ottawa – a affirmé en entrevue que cette nomination représente un manque de respect incroyable.

« C'est terrible. M. Austin a passé sa carrière à se battre contre le bilinguisme et à diminuer les droits des francophones, et M. Higgs nous présente cette nomination-là. C'est un doigt d'honneur aux Acadiens, aux francophones et aux personnes bilingues. »

— Une citation de  René Arseneault, député libéral fédéral

La révélation de la nomination de Kris Austin à ce comité a eu l'effet d'une bombe la semaine dernière au Nouveau-Brunswick.

La Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick a déclaré que la confiance est brisée avec le gouvernement de Blaine Higgs et que cette décision est totalement dégueulasse.

Les élus de l'opposition officielle à Fredericton ont qualifié cette nomination d'affront envers les Acadiens. La cheffe du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, Susan Holt, a notamment affirmé qu'il s'agit d'un doigt d'honneur aux communautés francophones.

Le comité de ministres et de députés progressistes-conservateurs créé par le premier ministre Blaine Higgs est chargé de répondre au rapport des commissaires Yvette Finn et John McLaughlin sur la révision de la Loi sur les langues officielles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...