•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le feu de forêt à Mont-Saint-Pierre est désormais contenu

Un avion déverse de l'eau sur un feu de forêt dans une montagne d'où se lève un panache de fumée.

Un avion-citerne de la SOPFEU a pu intervenir en fin de matinée mardi.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le feu de forêt qui s’est déclaré lundi soir à l’est du mont Saint-Pierre, juste derrière le village, est désormais contenu selon la SOPFEU.

Des pompiers municipaux et de la SOPFEU ont été mobilisés pour contenir et éteindre les flammes en matinée mardi.

L'organisation calcule, à vol d'oiseau, qu'environ 3,9 hectares de forêt ont été touchés par le feu, qui a mené à l'évacuation préventive d'une résidence. Cette estimation pourrait être révisée prochainement selon la SOPFEU.

Un avion-citerne au-dessus de la forêt du mont Saint-Pierre.

L'avion-citerne déployé par la SOPFEU est reparti en fin d'après-midi mardi.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Whalen

Le feu s’est déclaré à quelques encablures de la rue Pierre-Mercier, à l’est du village, sur une petite montagne près du mont Saint-Pierre, le Pain de Sucre, que les gens du village appellent le pic à Émilio.

Selon le directeur du Service de sécurité incendie de la MRC de la Haute-Gaspésie, Steve Dumont, 17 pompiers municipaux de la caserne 40 de Mont-Louis et de la caserne 38 de Sainte-Anne-des-Monts ont été réquisitionnés mardi matin pour empêcher le feu de gagner le village.

Une équipe était demeurée sur place la nuit dernière pour empêcher le brasier de s’étendre. L’incendie a tout de même progressé, probablement à cause des feuilles mortes, qui brûlent facilement, a commenté M. Dumont.

Le feu dans les montagnes de Mont-Saint-Pierre dans la nuit du 7 au 8 novembre 2022.

Le feu a progressé durant la nuit, mais selon le préfet de la Haute-Gaspésie, Guy Bernatchez, le vent pousse les flammes en direction opposée au village.

Photo : Radio-Canada / Grasieuseté : Guy Bernatchez

Le feu semble toutefois s’être calmé vers la mi-journée. Les pompiers parlent d’un feu de surface en raison de l’humidité. Ce n’est pas un feu de cimes ni un feu de têtes d’arbres, a ajouté M. Dumont.

Une équipe de la SOPFEU, qui n’intervient pas la nuit, était présente dès 6 h mardi matin pour évaluer avec les autorités municipales les mesures à prendre pour maîtriser les flammes.

Le but premier est de contenir l’incendie, a rappelé la porte-parole de la SOPFEU, Isabelle Gariépy. Le travail d'aujourd'hui était dans ce sens-là, en vue d'avoir un incendie contenu, dont la progression est arrêtée, du moins de façon temporaire.

Une personne à l'avant-plan regarde des flammes à travers des branches.

Les équipes de la SOPFEU avaient prévu de se réunir mardi matin avec les autorités municipales pour faire le point sur la situation et pour déterminer les mesures à prendre afin d'éteindre le brasier.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Un quinzaine de pompiers forestiers ont été dépêchés sur le terrain pour la SOPFEU mardi et un avion-citerne a pu intervenir en fin de matinée malgré les forts vents qui soufflent sur le site.

Des vents de 60 km/h avec des pointes allant jusqu’à 90 km/h ont soufflé sur la côte, ce qui a rendu les opérations aériennes plus difficiles.

Du feu et de la fumée dans une montagne près d'une route où sont stationnées des automobiles.

Des pompiers municipaux ont effectué une vigie durant la nuit pour éviter que le feu se propage jusqu'au village.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Près du village

Le brasier, qui fait rage tout près du village, était tout de même impressionnant. La plupart des résidents sont demeurés sur le qui-vive une partie de la nuit.

Ce fut une nuit très courte, pour ne pas dire pas pantoute, a commenté le maire de Mont-Saint-Pierre, Magella Émond.

Le point sur le feu de forêt à Mont-Saint-Pierre avec le maire, Magella Émond

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Bon pied, bonne heure!

Bon pied bonne heure ICI Première.

L’état d’urgence a été décrété lundi soir et un endroit a été désigné pour d’éventuelles évacuations. Les habitants du village ont été avisés que s’il y avait un risque accru, ils pourraient être évacués.

D’ailleurs, durant la nuit, le feu s’est approché près des résidences, dont une seule a finalement été évacuée tôt mardi matin.

Alain Gagnon et Madone Laflamme ainsi que leur petit-fils ont profité d'un endroit sécuritaire prévu par le plan d’urgence de la Municipalité.

Madone Laflamme et Alain Gagnon sont debout dehors. À l'arrière-plan, une montagne est voilée par de la fumée.

Madone Laflamme et Alain Gagnon, deux résidents évacués mardi matin en raison de la proximité du brasier et de leur résidence.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Mme Laflamme raconte qu’elle s’était préparée depuis la veille à partir. Déjà, en soirée, les pompiers leur avaient demandé de déplacer leur roulotte. À 4 h, dit-elle, j’ai vu que c’était arrivé près de la maison. La Sûreté du Québec est ensuite venue leur demander de quitter les lieux. Ils sont les seuls à avoir dû évacuer. Cette famille s'est réfugiée au restaurant-motel Le Délice, avec lequel la Municipalité a conclu une entente.

L’électricité a été coupée dans la rue Pierre-Mercier afin de faciliter les opérations.

Un homme remue le contenu d'une marmite sur le rond d'une cuisinière.

Le restaurateur Patrick Lévesque prépare la soupe qu'il va offrir aux premiers répondants qui combattent le feu.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Deschênes

Le village est resté solidaire. Le copropriétaire du restaurant-motel Le Délice, Patrick Lévesque, cherchait une manière de soutenir les équipes sur le terrain. Il s'est donc tourné vers ses chaudrons pour faire de la soupe afin de la distribuer aux premiers répondants.

Fin de saison occupée pour la SOPFEU

À cette période de l’année, la SOPFEU est généralement en fin de saison. Mais pas cette année.

Le coordonnateur à la prévention et aux communications de la SOPFEU, Stéphane Caron, souligne que le nombre moyen d'incendies est normalement de 3,5 en novembre. On est rendus à 15 feux, dit-il. Plusieurs sapeurs-pompiers démobilisés ont dû être rappelés au travail.

La chaleur, les vents, les orages et l’absence de couverture de neige sont autant de facteurs qui favorisent les incendies.

Un incendie dans une forêt la nuit.

Le feu aurait été provoqué par la foudre, selon les autorités.

Photo : Sécurité incendie Haute-Gaspésie

La SOPFEU estime par contre qu’il est difficile pour le moment de connaître la cause du feu qui brûle à Mont-Saint-Pierre, mais il pourrait bien s’agir d’un feu déclenché par la foudre.

De violents orages se sont abattus sur Mont-Saint-Pierre et sur la Haute-Gaspésie en début d’après-midi lundi.

Avec les informations de Jean-François Deschênes et la collaboration de l'émission Bon pied, bonne heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...