•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le SPVM teste des gilets pare-balles pour contrer les gros calibres

Le Service de police de la Ville de Montréal teste trois nouveaux modèles de gilets pare-balles pour faire face aux plus gros calibres maintenant utilisés par les criminels.

Quatre gilets pare-balles.

À gauche, le gilet pare-balles actuellement en usage chez les policiers du SPVM et, vers la droite, les trois modèles qui seront mis à l’essai.

Photo : Service de police de la Ville de Montréal

Radio-Canada a appris qu’un banc d’essai est en cours pour mettre à l’épreuve trois modèles de gilets avant de procéder à un appel d’offres. « L’ancien modèle n’était plus représentatif des armes à feu que l’on trouve à Montréal », dit un policier du SPVM qui a demandé l’anonymat puisqu’il n’est pas autorisé à parler aux médias.

Au mois de février dernier, la Fraternité des policiers et des policières de Montréal a envoyé une lettre à la direction du SPVM pour demander l’accès à de meilleurs gilets. Ceux qui sont présentement en service ne seraient plus sécuritaires pour protéger contre les impacts de certains gros calibres d’armes à feu.

Les objectifs consistent à bien cibler les besoins des policiers, à valider le niveau de confort ainsi que la satisfaction face à la nouvelle veste pare-balles (panneaux balistiques et housse), indique par courriel un porte-parole du SPVM. L’analyse finale permettra d’élaborer les devis techniques nécessaires pour procéder à l’appel d’offres public.

En plus d’offrir une meilleure protection balistique, ces nouveaux gilets devront utiliser des panneaux plus souples et plus légers afin d’améliorer le confort, offrir une meilleure résistance à l’humidité et être plus adaptés à la physionomie de la femme. Le SPVM indique néamoins que les gilets présentement en service répondent aux normes de sécurité.

Pour développer le nouveau gilet pare-balles, le SPVM a mis sur pied un comité d’experts et a consulté des représentants de la Gendarmerie royale du Canada, de la Sûreté du Québec, de la Police provinciale de l’Ontario, du Vancouver Police Department, du Service de police de la Ville de Québec et du Toronto Police Service, notamment.

En 2021, on dénombre 144 décharges d’armes à feu à Montréal, comparativement à 71 l’année précédente.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.