•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dispute autour du terrain de golf de luxe du cofondateur de Tim Hortons

Le milliardaire Ron Joyce renflouait une propriété déficitaire à coups de millions, selon ses héritiers.

Assis à une table dans un Tim Hortons entre deux cafés et un sac de papier qui contient un beigne, Ron Joyce sourit en regardant vers sa droite.

Ron Joyce, confondateur de Tim Hortons, photographié le 20 octobre 2006 à Toronto. Le milliardaire est décédé en janvier 2019 à l'âge de 88 ans.

Photo : La Presse canadienne / Aaron Harris

Radio-Canada

Les héritiers du cofondateur de la chaîne Tim Hortons contestent l’évaluation foncière d’un luxueux complexe en Nouvelle-Écosse qui perd de l’argent depuis des années, affirment-ils, et qui se maintenait à flot grâce aux millions que le magnat de la restauration y a engloutis avant sa mort.

Le complexe Fox Harb'r est situé à Wallace, dans le nord de la Nouvelle-Écosse. Ce centre de villégiature de 401 hectares, qui a ouvert en 2000, comprend un terrain de golf, une marina, une piste d’atterrissage, un hangar à avions, un vignoble, des étables ainsi que des réserves de chasse au faisan et à la perdrix.

Un jet privé posé sur une piste d'atterrissage avec des résidences à l'arrière-plan.

Le jet privé de Ron Joyce, confondateur de Tim Hortons, est posé à Fox Harb'r, en Nouvelle-Écosse, le 12 novembre 2007.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Fox Harb'r Development Ltd. s’oppose à l’évaluation foncière de la Commission des services publics et de révision de la Nouvelle-Écosse. Celle-ci avait initialement chiffré à 21 millions de dollars la valeur de cette propriété de luxe en 2020. Le mois dernier, un tribunal d’appel a révisé sa valeur à 19,9 millions.

Fox Harb'r Development Ltd. a de nouveau interjeté appel le 1er novembre, affirmant que la propriété ne vaut que 5,7 millions de dollars.

Un golfeur prend son élan pour frapper une balle sur le bord d'un étang d'où jaillit un jet d'eau.

Un golfeur à Fox Harb'r (archives).

Photo : CBC

Dans des documents relatifs à ce contentieux, les propriétaires affirment que Fox Harb'r n’a jamais réalisé de profit et a survécu parce que son fondateur, le milliardaire Ron Joyce, le renflouait lui-même, jusqu’à hauteur de 8 à 10 millions de dollars par année.

Ron Joyce a ouvert Fox Harb'r dans sa région natale de Tatamagouche, en Nouvelle-Écosse.

Premier franchisé et partenaire d’affaires de Tim Horton, Ron Joyce est devenu seul propriétaire de la chaîne après avoir racheté les parts de la famille Horton après la mort du hockeyeur en 1974.

Le milliardaire est décédé en janvier 2019 à l’âge de 88 ans. Les héritiers de Ron Joyce affirment dans des documents avoir depuis lors réussi à atténuer les pertes de Fox Harb'r, qui seraient maintenant de l’ordre de 1,5 à 2 millions de dollars par année.

Assis à une table dans un Tim Hortons, Ron Joyce approche une tasse de café fumante de sa bouche.

Ron Joyce dans un Tim Hortons de Toronto le 20 octobre 2006

Photo : La Presse canadienne / Aaron Harris

Afin de faire leurs frais, ils construisent de nouvelles résidences sur la propriété et planifient un complexe de 48 habitations.

Fox Harb'r Development Ltd. affirme que Ron Joyce a construit ce complexe pour laisser un héritage à sa région natale et non pour qu’il soit un investissement.

Dans un rapport pour le compte des propriétaires du lieu, Jeff Cuzner, de la société immobilière CBRE, affirme qu’aucun acheteur potentiel ne gérerait la propriété comme elle l’a été sous la direction du magnat de la restauration compte tenu de sa performance financière.

Il qualifie d’ailleurs son emplacement d’inférieur dans une région isolée sans population ni commodités.

Les propriétaires proposent que la valeur de la propriété soit révisée pour se comparer à huit autres terrains de golf de luxe de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard. Ils suggèrent que leur terrain de golf soit évalué à 125 000 $ par trou, pour une somme totale de 3,375 millions. Cela placerait Fox Harb'r entre Glen Arbour à Halifax (91 705 $ par trou) et Crowbush à l’Île-du-Prince-Édouard (158 000 $ par trou).

Bill Clinton, vêtu d'un polo rouge, remet un de ses livres à Frank McKenna. Ron Joyce, qui porte autour du cou un badge d'identification à son nom, est debout derrière les deux hommes. Tout le monde sourit.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ron Joyce (au centre) accueille l'ex-président américain Bill Clinton (à droite) et l'ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna (à gauche), le 5 août 2004 au complexe de luxe Fox Harb'r.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Un avocat de Property Valuation Services Corporation (PVSC), une société de la Couronne qui prodigue des services d'évaluation foncière aux municipalités en Nouvelle-Écosse, rejette cette approche. Devant le tribunal d’appel, Me Robert Andrews a fait valoir que Fox Harb'r comprend une multitude d’autres commodités inégalées par les autres golfs auxquels elle veut se comparer.

Fox Harb'r réplique que les évaluations de ces autres commodités sont trop élevées, et ne sont pas en ligne avec la valeur du marché.

Property Valuation Services et Fox Harb'r ont refusé de commenter davantage la cause qui est devant le régulateur provincial.

D’après le reportage de Paul Withers, CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...