•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Temps chaud : l’hivernage des fraises et des framboises devra attendre

Des fraises mûres dans un champ.

De la mi-juillet à la mi-octobre, les variétés de fraises plus tardives sont récoltées.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Capovilla

Le redoux automnal inhabituel contraint plusieurs agriculteurs de la région de Québec à retarder l’hivernage des plants de fraises et de framboises cette année, ce qui rallonge la saison des travailleurs étrangers.

La récolte et la vente des fruits sont terminées depuis quelques jours, mais les agriculteurs ont encore du travail à faire pour préparer leurs plants en vue du printemps prochain.

Chaque automne, les producteurs de fraises et de framboises d’automne doivent procéder à l’empaillage des plants. Afin d'apporter de la chaleur au sol et d'éloigner quelques indésirables, ils recouvrent le sol de paille ou d’un autre type de paillis et installent des bâches dans les champs.

Les températures qui ont oscillé entre 15 et 20 degrés Celsius dans la capitale nationale samedi ont confirmé à plusieurs d’entre eux qu’ils ont bien fait de retarder l’hivernage cette année.

« Habituellement, on fait ça fin octobre, début novembre, mais cette année, s’il y en a qui ont déjà paillé leur champ, ça va être trop chaud. »

— Une citation de  François Blouin, président de l’Union des producteurs agricoles de l’île d’Orléans

Cette chaleur pourrait avoir des répercussions sur les récoltes de l’été prochain.

Pour ceux qui ont attendu, elles seront peut-être meilleures mais plus coûteuses.

Puisque l’hivernage nécessite beaucoup de travail, la ferme François et Lise Méthot, à Saint-Nicolas, n’a eu d’autre choix que de garder ses travailleurs étrangers plus longtemps avant de leur permettre de retourner dans leur pays natal.

Tout le monde attend que les températures baissent pour clore la saison.

Ils ne font pas beaucoup d’heures ces temps-ci, mais on aimerait que tout soit terminé le 15 novembre, confie l’administrateur de la ferme, Vincent Méthot.

Bien que l’été indien complique la fin de la saison agricole, l’agriculteur admet que l’automne a été la plus belle période de leur saison cette année.

Le redoux n’a jamais arrêté et il n’a presque pas plu, se souvient-il. Mais dans son domaine, c’est plutôt le printemps qu’on souhaite beau et chaud.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !