•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ruines de la patinoire centenaire Sunny Brae, à Moncton, pourraient disparaître

Le terrain sur lequel se trouvent les ruines de la patinoire Sunny Brae, inaugurée il y a plus de 100 ans, est à vendre.

Les vieux murs de brique d'une patinoire circulaire abandonnée dans les années 1920, photographiés en automne.

Les ruines de la patinoire Sunny Brae, à Moncton au Nouveau-Brunswick, le 4 novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Océane Doucet

Radio-Canada

Le site sur lequel se trouvent les vestiges de la patinoire Sunny Brae, à Moncton au Nouveau-Brunswick, est en vente. Ce qui reste de l’aréna construit il y a 100 ans pourrait par conséquent être démoli, ce qui emporterait une partie de l’histoire sportive et culturelle de la ville.

Paradoxalement, la patinoire Sunny Brae est inscrite au répertoire des lieux patrimoniaux du Canada depuis 2005, mais ne bénéficie d’aucune protection patrimoniale de la Ville de Moncton.

Les vieux murs de brique d'une patinoire circulaire abandonnée dans les années 1920, photographiés en automne.

Les ruines de la patinoire Sunny Brae, à Moncton au Nouveau-Brunswick, le 4 novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Océane Doucet

C’est un problème si on veut sauvegarder l'ancien aréna, explique Paulette Thériault, conseillère municipale du quartier 1.

Si c'était la ville qui l'avait reconnue comme lieu patrimonial, on pourrait à ce moment-là mettre en place des moyens pour empêcher la vente et trouver des moyens pour négocier avec le vendeur, a-t-elle dit vendredi.

Selon le gouvernement fédéral, la patinoire est un lieu patrimonial local en raison de sa conception architecturale unique et pour l’influence qu’elle a eue sur la vie sociale et sportive de ce secteur. En effet, l'architecte R. C. Donald s'inspirait des arénas de la Rome antique lorsqu’il a conçu le bâtiment circulaire.

La construction s’est faite en 1921 et l’aréna a ouvert en janvier 1922. La structure est restée inchangée depuis un incendie qui a détruit son toit en 1928.

Ça serait triste de voir toute cette structure complètement démolie, déclare Paulette Thériault. Elle aimerait que ce lieu soit aménagé pour mettre en valeur son caractère historique, et qu’il soit accessible au public.

Depuis que je suis élue, je parle de ce lieu. J’essaie, mais vous savez, je suis un vote dans une démocratie. Ça n'a pas été une priorité pour le conseil. J’espère, peut-être, que les discussions pourront se continuer, dit l’élue.

Paulette Thériault pose pour une photo à l'extérieur pose pour une photo à l'extérieur. Au loin derrière elle, on voit les murs de brique de l'ancien aréna abandonné.

Paulette Thériault, conseillère municipale du quartier 1 à Moncton, au Nouveau-Brunswick, le 4 novembre 2022.

Photo : Radio-Canada / Océane Doucet

Le propriétaire du terrain sur lequel se trouvent les ruines de la patinoire Sunny Brae affirme que son partenaire d’affaires et lui aimeraient que ce soit un lieu public.

On avait acheté cette propriété, moi et mon voisin, pour préserver le site, et on l'a fait depuis des années. Ça fait plus de 25 ans. Mais maintenant, le temps est venu de vendre, a déclaré Ernest Boudreau lors d’une entrevue vendredi à Moncton.

Ernest Boudreau pose pour une photo à l'extérieur devant une maison en pierre.

Ernest Boudreau, le 4 novembre 2022 à Moncton, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Océane Doucet

L’agence immobilière qui s’occupe de la vente suggère que le site serait un bon endroit pour le développement immobilier.

Nous, on ne peut pas dire aux gens qui veulent acheter la propriété ce qu’ils devraient faire avec, a dit Ernest Boudreau. Notre opinion, c'est que ce serait bien si ça pouvait rester un site public. Mais si c'est impossible, quand même, ce serait péché de laisser un montant de terre inactif comme ce que c'est.

Si la Ville de Moncton voulait acheter la propriété, ce serait notre préférence, a dit M. Boudreau, vendredi. On en a discuté avec la Ville et on attend leur réponse, affirme-t-il.

D’après le reportage de Babatundé Lawani et d’Océane Doucet

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...