•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations ne croient pas au moratoire sur la coupe des forêts anciennes

Une centaine d'arbres coupés sur le bord d'un chemin forestier.

La forêt ancienne dans le sud-est de la Colombie-Britannique, près de Revelstoke, est prisée par l'industrie forestière.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

L’Okanagan Nation Alliance, qui regroupe huit communautés autochtones du sud-est de la Colombie-Britannique, demande la suspension de l’exploitation des forêts anciennes. Ces Premières Nations déplorent l'échec, selon elles, de la province à protéger l'habitat du caribou des montagnes du Sud, malgré l’annonce en novembre 2021 de la mise en place d'un moratoire concernant l’exploitation de 2,6 millions d’hectares de forêts anciennes.

Byron Louis, chef de la Première Nation Okanagan, dit n'avoir aucune raison de croire que la Colombie-Britannique a l'intention de modifier sa façon de gérer la forêt pluviale située à l’intérieur de la province, un écosystème unique et essentiel à la survie du caribou.

Alors que cinq des huit troupeaux [de la région] ont disparu et ne reviendront pas, soudainement [le gouvernement] dit vouloir continuer, mais en changeant les choses de manière à ralentir l'extinction des troupeaux [de caribou]. Alors, dites-moi exactement ce qui va sauver ce qui reste de ces troupeaux?, déplore-t-il.

Byron Louis affirme que la protection des forêts et du caribou n’est pas adéquate et dit ne pas croire que la province arrêtera l’exploitation de la forêt ancienne.

Le ministère des Forêts de la Colombie-Britannique a répondu, dans une déclaration par courriel, avoir reçu l’avis de toutes les Premières Nations de la région et avoir mis en application la suspension temporaire de l'exploitation des forêts anciennes à risque dans la région de Kootenay Boundary.

Le bout d'un tronc coupé de très près, vers Revelstoke, en Colombie-Britannique, en juin 2022.

Revelstoke Community Forest Corporation exploite une parcelle de forêt qui figure dans le moratoire annoncé par la Colombie-Britannique en 2021.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Des permis de coupe ont toutefois préalablement été approuvés dans la région. La suspension ne s'applique pas aux zones qui auraient été récoltées avant le 18 août 2022, date de la mise en œuvre.

Le gouvernement sous-estime la richesse que représentent les espèces présentes dans la forêt, alors que le capital naturel a une valeur, insiste Byron Louis. Ils doivent comprendre qu'il ne s'agit pas seulement de nous offrir quelques millions et dire : donnons-leur 5 % et cela les fera taire, dit-il.

Un cèdre rouge de l'ouest dans la région de Revelstoke dans le sud-est de la Colombie-Britannique.

La forêt ancienne de l’intérieur de la Colombie-Britannique, située aux abords de Revelstoke, est considérée comme l’une des forêts pluviales les plus à risque de disparaître à l'échelle de la planète.

Photo : Radio-Canada / Camille Vernet

Ces arbres centenaires que l’on surnomme l’or vert dans l’industrie forestière sont un moteur économique dans la région.

Plusieurs compagnies de l'industrie ont été contactées et n'ont pas répondu à nos demandes d'entrevue. La province a déclaré prévoir 185 millions de dollars sur trois ans, dans le budget 2022, pour fournir un soutien aux travailleurs et aux communautés qui pourraient être touchés par de nouvelles restrictions.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...