•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première année concluante pour l’Association des Franco-Ténois du Sud et de l’Ouest

Enseigne à l'entrée de Hay River qui dit Welcome to Hay River, en octobre 2022.

Plus d'une centaine de francophones vivent dans la municipalité de Hay River, située dans le sud des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

L’Association des Franco-Ténois du Sud et de l’Ouest (AFTSO) a tenu son assemblée générale annuelle le 29 octobre, à Hay River. Depuis sa formation, en février 2022, l’AFTSO, qui représente les francophones de Hay River, de Fort Smith et du Dehcho, se solidifie et fait sa place sur son territoire.

Sa directrice générale, Mila Benoit, dresse un bilan positif des premiers mois d’existence de l’association, dont l’un des mandats était de se faire connaître des francophones de Fort Smith.

L’Association des francophones de Fort Smith a été dissoute en 2015 à cause du manque de bénévole et de l'essoufflement de ses membres.

L’AFTSO a maintenant comme mandat d’assurer une présence francophone à Fort Smith, ce qu’elle a fait à quelques reprises, en 2022, comme lors du Thebacha Loppet en mars et du Paddle Fest en juillet. L’association a aussi organisé une fête de la Saint-Jean-Baptiste qui a attiré plus de 80 personnes à Fort Smith.

« Ça nous a vraiment permis de rencontrer beaucoup, beaucoup de monde. [...] Les gens commencent à reconnaître nos visages, puis reconnaissent la plus-value qu'on peut apporter à leurs événements, à leur communauté. »

— Une citation de  Mila Benoit, directrice générale, Association des Franco-Ténois du Sud et de l’Ouest
Mila Benoit souriante, devant une toile, le 25 octobre 2022.

Mila Benoit est la directrice générale de l'Association des Franco-Ténois du Sud et de l'Ouest.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Lors de l’assemblée générale annuelle, des élections ont été tenues pour les cinq postes d’administrateurs du conseil d’administration de l’AFTSO.

Signe que les activités de l’association à Fort Smith ont porté fruit, un candidat de la communauté, Eugene Gagnon, a été élu. Il sera accompagné dans son mandat par la présidente sortante Christine Sivret, de deux administratrices sortantes, Rachel Cook et Amandine Chupin, et d’une nouvelle élue, Gabrielle Vienneau.

Six personnes costumées pour une fête d'Halloween, le 29 octobre 2022.

Le conseil d'administration de l'Association des Franco-Ténois du Sud et de l'Ouest, en compagnie de Mila Benoit, directrice générale : Eugene Gagnon, Christine Sivret, Rachel Cook, Gabrielle Vienneau et Amandine Chupin.

Photo : Fournie par l'Association des Franco-Ténois du Sud et de l'Ouest

L’AFTSO termine aussi son exercice financier avec un surplus de 9306,02 $, grâce, entre autres, au camp de jour et du service de garde à l’École Boréale. On est capable de dégager un petit profit depuis trois ans. Ça montre une stabilité, dit la directrice générale Mila Benoit.

Une année riche en activités

Au cours des derniers mois, l’AFTSO a organisé, à Hay River, une cabane à sucre à laquelle 90 personnes ont participé et une fête de la Saint-Jean-Baptiste qui a attiré un nombre record de 150 participants.

Plusieurs autres activités communautaires, comme des marches en forêt ou des ateliers de dégustation de vins, ont ponctué la vie communautaire francophone de Hay River.

La directrice de l’École Boréale, Katrine Lavoie, qui vit à Hay River depuis sept ans, se réjouit de voir la vitalité de la communauté et l’offre d’activités.

« Ça va vraiment avec la personne qui est en place pour s'en occuper, puis les gens qui sont dans le comité, à quel point ils ont du temps pour s'impliquer. Si on perd quelqu'un qui déménage, il faut recommencer, donc c'est sûr qu’il y a des hauts et des bas tout le temps. »

— Une citation de  Katrine Lavoie, directrice de l’École Boréale

Elle ajoute que le rôle de l’école est essentiel dans la vie de la communauté. Ça reste que c'est ça qui tient la communauté francophone, c'est le cœur.

Katrine Lavoie, directrice de l'École Boréale, devant les portes de l'école, le 24 octobre 2022 à Hay River.

La directrice de l'École Boréale, Katrine Lavoie.

Photo : Radio-Canada / Julie Plourde

Mila Benoit peut compter sur une agente de développement communautaire pour l’appuyer, ainsi que de deux employés à temps partiel responsable du programme après école. Au moment d’écrire ses lignes, 42 personnes étaient membres de l’AFTSO.

Une présence permanente à Fort Smith?

Mila Benoit aimerait éventuellement que l’AFTSO puisse avoir un employé à Fort Smith. Si on est capable d'avoir un employé basé à Hay River, puis un à Fort Smith, ce serait encore mieux, pour faire mousser les activités dans les deux villes, explique Mila Benoit.

La directrice générale veut aussi faire la promotion du programme d’immersion française à Fort Smith. On veut conscientiser un peu plus pour démontrer la plus-value du programme d'immersion en français, pour ne pas que la présence francophone continue à diminuer, dit Mila Benoit.

C’était dur, au début, de faire valoir que c’est cool d’être francophone, et qu’on peut être fier, poursuit Mila Benoit. « Ça a été difficile dans le passé [à Fort Smith], mais c’est possible de nouveau », souligne-t-elle, optimiste.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...