•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Dragons de Sainte-Anne dédient leur saison à leur ancien entraîneur

Les joueuses affrontent une autre équipe chez elles sur cette photo d'archives.

L’Équipe féminine de volleyball de l'Université Sainte-Anne a gagné ses 2 premiers matchs de la saison.

Photo : Gracieuseté : Université Sainte-Anne

Radio-Canada

Les Dragons de Sainte-Anne ont gagné contre l'Université du Nouveau-Brunswick et contre l’Université Mount Allison lors de leur début de saison sur la route en fin de semaine.

L’équipe féminine de volleyball vit un grand changement cette année.

On fait juste de perdre notre entraîneur-chef, rappelle la joueuse Rachelle LeBlanc.

Leur entraîneur Dan Nadeau est mort cet été.

Donc cette année on joue pour Dan, c'est vraiment juste d'être positif, de jouer pour lui et vraiment bien faire!

La joueuse est songeuse lors d'un entraînement.

Mekayla Léger espère rendre un défunt entraîneur fier.

Photo : Radio-Canada / Felix Arseneault

Mekayla Léger, une autre joueuse, raconte comment l’équipe avait trouvé une stabilité avec Dan Nadeau après avoir eu plusieurs entraîneurs.

C'était un membre de la GRC, il portait beaucoup d'importance à la santé mentale, on avait vraiment trouvé notre chez nous avec lui, dit-elle.

Les joueuses ont donc décidé de dédier cette saison à sa mémoire.

Le nouvel entraîneur, Gabriel Jacques constate que la mort de Dan Nadeau est plus difficile pour les joueuses qui sont là depuis quelques années déjà.

Elles veulent prouver que ce qu'il a fait, ça valait la peine, que ça les a touchés et ça les a affectés, dit-il.

L'entraîneur parle à ses joueuses sur le terrain lors d'un match.

Gabriel Jacques est le nouvel entraîneur des Dragons.

Photo : Radio-Canada / Felix Arseneault

Les joueuses de l’Université Sainte-Anne proviennent d’un peu partout dans les Maritimes, de Tracadie à Sydney, en Nouvelle-Écosse. Une diversité qui paraît dans le jeu sur le terrain, explique Rachelle LeBlanc.

C'est vraiment intéressant le style du Nouveau-Brunswick et de la Nouvelle-Écosse est comme différent, c'est vraiment [bien] d'entendre leur point de vue, dit-elle.

Une chose les unit, l'esprit communautaire de l’université francophone à Pointe-de-l'Église.

C'est vraiment francophone acadien. Ça nous permet de jouer au volleyball et tout le temps parler en français et d’étudier en français, explique Rachelle LeBlanc, une joueuse originaire de Cap-Pelé.

C'est vraiment une petite université, mais tu te fais beaucoup d'amis c'est vraiment une famille comparée aux autres universités où t'es juste un nombre!

Elle parle a un journaliste avant un match.

Rachelle LeBlanc joue dans l'équipe féminine de volleyball des Dragons de l'Univesité Sainte-Anne.

Photo : Radio-Canada / Félix Arseneault

Pour certaines joueuses comme Jacqueline Bright, c’était primordial d’étudier en français tout en poursuivant leur passion pour le volleyball.

Moi je viens de Halifax, mon français est différent de tout le monde d'autre sur l'équipe, j'apprends à tous les jours, dit-elle.

Avec déjà deux victoires en banque, les Dragons s’annoncent comme une équipe redoutable à affronter dans l’Association Atlantique du sport collégial. Leur secret, selon Amy Arsenault, c’est leur esprit d’équipe hors pair.

Le fait qu'on est vraiment soudés tous ensemble quand ça vient sur le terrain on joue vraiment ensemble pis ça apporte vraiment beaucoup, constate la joueuse.

Les Dragons disputeront leur premier match à domicile samedi prochain.

Avec les informations de Félix Arseneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...