•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des experts en santé réclament le retour de restrictions sanitaires en Ontario

Le visage couvert d'un masque, des gens marchent dans une rue.

Des professionnels de la santé plaident notamment pour le retour du port du masque obligatoire.

Photo : Radio-Canada / (Evan Mitsui/CBC)

Radio-Canada

Alors que la santé publique en Ontario observe une augmentation du nombre de cas de COVID-19 ainsi qu’une hausse du nombre d'hospitalisations et de décès liés à la maladie, certains experts appellent à la prudence et au retour de certaines mesures sanitaires.

Parmi eux, le Dr Hugues Loemba, chercheur virologue et professeur agrégé à l’Université d’Ottawa, estime que la province n'a pas été suffisamment prudente en levant les restrictions.

Je pense qu'on a pris ça à la légère, on a pensé que c'était complètement fini et qu'on pouvait tout abandonner, déplore-t-il.

Le Dr Loemba plaide notamment pour le retour du couvre-visage. Si on recommence à porter le masque à l'intérieur, ça va probablement diminuer d'ici quelque temps la transmission de la maladie. Et puis peut-être qu'on pourra passer un meilleur hiver, donc je pense qu'il n'est jamais trop tard.

Code rouge : le port du masque devrait-il être imposé sur les campus?

ÉMISSION ICI PREMIÈRE • Y a pas deux matins pareils

Une jeune femme devant un pavillon de l'Université métropolitaine à Toronto.

Cette inquiétude est partagée par Valérie Sales, spécialiste en maladies infectieuses pédiatriques, qui fustige elle aussi l'abandon des restrictions sanitaires, par exemple les délimitations dans les lieux publics, surtout dans les transports en commun.

Elle explique que cette absence quasi complète de mesures sanitaires permet au virus de se répandre et de créer de nouveaux variants, ajoute-t-elle.

Selon la Dre Sales, on ne s'en sortira pas si les gens ne font pas plus attention qu'ils le font à l'heure actuelle.

Cette spécialiste des maladies infectieuses favorise donc la vaccination en soulignant l'utilité du vaccin bivalent. À ce moment-là, on peut espérer que les gens vont avoir une immunité suffisante pour ne pas tomber malades justement parce qu'elles auront reçu leur dose de rappel.

La Dre Sales en appelle donc à la responsabilité personnelle : On veut vraiment avoir une bonne saison hivernale. J'espère que pour une fois, on va pas gâcher Noël en faisant des bêtises.

Un système de santé à bout de souffle

Fahad Razak, professeur à l'Université de Toronto et médecin interne à l'hôpital St. Michael de Toronto, estime que nous vivons une période très difficile dans le système de santé. Il déplore la tension et le dysfonctionnement du système en raison de la nécessité de répondre sans relâche à la COVID depuis plus de deux ans.

Cette situation a épuisé les travailleurs de la santé, aux prises non seulement avec la COVID-19 mais aussi avec le retour de la grippe et d’autres virus respiratoires.

Selon le Dr Razak, le fait que les sous-variants d'Omicron progressent plus vite que le BA.5 montre que la propagation virale est toujours en cours : Chaque fois qu'une nouvelle infection se produit et que le virus se propage, il y a une possibilité qu'une mutation se produise. Le sous-variant BQ n'est qu'une partie d'une longue chaîne de mutations.

Même constat du côté de Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe à la santé publique de Toronto.

Elle constate que les urgences se remplissent maintenant d'enfants qui ont de la fièvre et qui toussent, d'adultes qui toussent, de gens qui ont une toux qui ne disparaît pas et qui ont des difficultés respiratoires.

Cela s'ajoute, précise-t-elle, à toutes les autres choses qu'on doit traiter à l'hôpital, notamment des coupures, des ecchymoses et des fractures. Mais il ne fait aucun doute que la saison des affections respiratoires est commencée, si on se fie à la situation actuelle dans les urgences. Les données le démontrent également.

« Nous avons essayé de préparer le public et les prestataires de soins de santé en vue de cet automne qui s'annonce difficile. »

— Une citation de  La Dre Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe à la santé publique de Toronto

Il est important, selon elle, de se faire vacciner afin d'être protégé avant qu'un nouveau variant n'apparaisse. Ce que nous essayons de faire, c'est d'accroître notre immunité avec le vaccin bivalent. Ainsi, lorsqu'un nouveau variant arrivera, nous aurons une meilleure immunité.

Et nous savons que cette immunité obtenue grâce aux vaccins est suffisante pour empêcher la plupart de gens d'aller à l'hôpital, ajoute-t-elle.

De son côté, le ministère de la Santé a déclaré qu’il s'engage à assurer la santé et la sécurité de tous les Ontariens. La vaccination et les doses de rappel contre la COVID-19 restent le meilleur outil pour garder les gens en bonne santé et hors des hôpitaux.

Le gouvernement ajoute que le vaccin bivalent, l'accès continu aux tests et aux antiviraux ainsi que les conseils en matière de santé publique donnent aux Ontariens les outils dont ils ont besoin pour prendre les meilleures décisions pour eux-mêmes sur la façon de rester en sécurité [et] en bonne santé.

Avec les informations de Camille Gris Roy, de Mirna Djukic et de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...