•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Envoyée spéciale

Un débat Fetterman-Oz pour le moins bizarre en Pennsylvanie

Manon Globensky, notre ancienne correspondante aux États-Unis, est en Pennsylvanie et a suivi ce débat, mardi soir, qui se tenait à moins de deux semaines des élections de mi-mandat. Voici son carnet de route.

À gauche, une photo de John Fetterman; et à droite, une photo de Mehmet Oz.

Les candidats démocrate et républicain au Sénat en Pennsylvanie, John Fetterman et Mehmet Oz, se sont affrontés dans un débat électoral mardi soir.

Photo : Associated Press

HARRISBURG, Pennsylvanie – Le candidat démocrate John Fetterman, qui a subi un accident vasculaire cérébral (AVC) il y a moins de six mois, a eu de la difficulté à offrir une performance convaincante lors du débat l’opposant au candidat républicain Mehmet Oz, ce qui soulève plusieurs questions.

En voyant la performance livrée par John Fetterman, crédité de 51 % des appuis des électeurs, selon un sondage avant le débat mené par CBS, je me suis demandé, comme lui peut-être, pourquoi avoir accepté de participer à ce duel.

Dire que la performance de John Fetterman a été surprenante, dans le mauvais sens du terme, ce n’est que le début de l’affaire. Bien sûr, dès le début du débat, qui durait seulement une heure, M. Fetterman a expliqué qu’il se remettait toujours de son AVC, mais que les médecins ne lui avaient diagnostiqué aucun déficit cognitif, seulement un déficit de compréhension auditive qui l’a obligé à demander de pouvoir lire les questions transcrites en simultané sur un grand écran derrière les modérateurs.

Mais cet aménagement n’a pas réglé tous ses problèmes. Le format du débat exigeait souvent des réponses courtes, d’une minute ou de 30 secondes et John Fetterman a privilégié la vitesse à la clarté. Et ça a donné quelques moments confus qui sont repris en boucle depuis. Comme quand il a tenté d’expliquer pourquoi il s’est déjà opposé à la fracturation hydraulique pour produire du gaz alors que maintenant il y est favorable. Ça a donné cette réponse : Je suis en faveur de la fracturation parce que je suis pour la fracturation et euh… je maintiens… euh, je suis en faveur de la fracturation.

Qui a eu l’avantage, en fin de compte?

Élections de mi-mandat aux États-Unis

Consulter le dossier complet

L'édifice du Capitole à Washington est le siège du Congrès américain.

Plus de deux jours se sont écoulés depuis ce débat, et l’équipe de John Fetterman doit encore combattre les perceptions et tenter d’attirer l’attention sur certaines des réponses de son adversaire républicain Mehmet Oz (crédité de 49 % des appuis, selon un sondage mené par CBS avant le débat). Oz, un médecin très connu des téléspectateurs, a notamment répondu que l’avortement serait une question entre une femme, son médecin et les politiciens locaux.

Devant plus de 3000 personnes à Pittsburgh, le lendemain du débat, mercredi, John Fetterman a déclaré que participer à ce débat n’avait pas été facile. Ce qui nous ramène à la question : pourquoi? Peut-être parce que, justement, compte tenu de son AVC, c’était impossible de ne pas le faire. Peut-être également pour ne pas encourager les rumeurs qu’il avait quelque chose à cacher. Et peut-être que la stratégie a fonctionné.

Après les premières réactions de choc sur son phrasé haletant et ses réponses incomplètes, le temps a laissé place à certaines réactions de sympathie sur le ton de : Il a eu le courage de se montrer tel qu’il est. Son organisation a amassé 2 millions de dollars de contributions, selon un communiqué, dans les heures qui ont suivi le débat.

Une course où les deux camps ont dépensé sans limites

Les sommes amassées par les démocrates iront vers de nouvelles publicités contre le docteur Mehmet Oz. Du côté républicain, un comité d’action politique (PAC) débloque plus de 2,5 millions de dollars en publicités pour souligner les difficultés de John Fetterman.

La campagne pour remporter ce siège n’est pas à un million près. Près de 100 millions de dollars ont été dépensés (60 % par les républicains et 40 % par les démocrates, selon Open Source) pour cette course qui rapprochera le parti vainqueur de la majorité au Sénat. D'où l'impossibilité pour John Fetterman de ne pas accepter ce débat, même s’il en a laissé plus d’un mal à l'aise sur son sofa mardi soir.

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.