•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une maison hantée très populaire le soir de l’Halloween

Des jeunes dans une maison hanté.

Le soir de l'Halloween, des étudiants seront menottés dans cette prison construite par René.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

En cette journée d’Halloween, des résidents de Kapuskasing trépignent d’impatience à l’idée de découvrir le labyrinthe hanté des maîtres de l’horreur René et Rachelle Poitras. Depuis six ans, le couple repousse les limites du fantastique en transformant leur cour arrière.

« Ça a commencé avec quelques petites décorations dans la cour. Après ça, on a mis un petit [labyrinthe] dans le garage, puis toutes les années, ça grossissait. »

— Une citation de  René Poitras

Depuis ce temps, leur passion pour les décors d’Halloween est devenue un passe-temps à l'année. Ils magasinent même pour cette fête en plein été.

René Poitras dans un labyrinthe.

René Poitras nous invite à le suivre dans son labyrinthe qui compte une dizaine de petites scènes reliées par la thématique des cimetières.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

On a été jusqu’à Thunder Bay ramasser une petite remorque bien pleine de stuff d’Halloween. À toutes les fois qu’on voyage [Rachelle dit] : ''on va aller voir s’il y a du stuff d’Halloween.''

Au fil des années, la maison est devenue l’endroit à visiter le 31 octobre au soir, raconte M. Poitras.

« L’année passée, on est resté surpris : il y avait des lignées, des voitures de stationnées jusqu’au McDonald [sur 600 mètres]. C’était incroyable le monde qui avait, ça rentrait en douzaines. »

— Une citation de  René Poitras

Pendant presque six heures lors d'Halloween 2021, petits et grands se sont succédé. On a fait six-cents sacs de bonbons qu’on a tous passés.

Les Poitras ne demandent pas un sou pour visiter leur décor, mais invitent les gens à apporter une denrée non périssable pour la banque alimentaire. René Poitras estime que lui et sa femme ont récolté en 2021, au-dessus de 900 livres de manger [sic].

Une vingtaine de comédiens

René Poitras et sa femme se sont surpassé cette année avec une thématique différente pour le labyrinthe et comme point final une maison en pain d’épices où on offre aux jeunes un sac de bonbons.

Une maison en pain d'épice.

La remise de la famille Poitras est devenue une maison en pain d'épice.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Chaque année, le couple renouvelle les décors et le parcours du labyrinthe qui se situe dans leur garage.

Rachelle Poitras et son amie Rita Gagné placent les objets du décor tandis que René fait les murs en bois et agrafe les toiles. L’homme jure avoir utilisé plus de 12 000 agrafes pour cette édition.

Il y a des années qu’on a fait un thème des animaux tout défaut. Cette année, le thème c’est le cimetière avec beaucoup de fantômes, toutes sortes d’affaires qui sortent de la tête de ma femme. On a encore beaucoup de stock que le monde n’a pas vu.

Une femme et une jeune fille décorent.

Rita Gagné et une petite fille du voisinage mettaient la touche finale au décor avant l'arrivée des visiteurs.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Afin de se renouveler et ne pas offrir du vieux réchauffé, René et Rachelle comptent sur la précieuse aide de la communauté.

« Des fois, on arrive à la maison en avant de la porte, il y a une boîte de décoration, une boîte de bonbon pour l’Halloween. Il y a bien du monde qui sait qu’on fait ça, puis ils nous supportent. »

— Une citation de  René Poitras

Une vingtaine d'étudiants ont été recrutés par Rachelle avec la mission de guider les visiteurs ou de se cacher pour faire peur à ceux-ci.

Des jeunes se costument.

Quelques jours avant le 31 octobre, les comédiens recrutés par Rachelle sont venus se trouver un costume dans le costumier qui en compte 200.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Le couple n'a jamais pris le temps de calculer le coût total leur décor.

Ça ne nous dérange pas. On fait la cantine à l’aréna, on prend un petit peu de profit de la cantine puis on met ça dans nos décors. On fait certain que tout le monde est heureux quand il part d’ici, lance René en guise de conclusion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...