•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

ECOGENE-21 teste la livraison de médicaments et d’échantillons par drones à Alma

Un drone dans un ciel bleu.

Ce drone a servi faire des tests pour ECOGENE-21 au Centre d'excellence sur les drones (CED) à Alma.

Photo : Gracieuseté d'ECOGENE-21

Radio-Canada

Les personnes qui souffrent de maladies rares, ou qui ont des besoins bien particuliers pour leur suivi médical, pourraient voir leurs traitements s'améliorer grâce à l'utilisation de drones. Pour y arriver un jour, le groupe ECOGENE-21, basé à Saguenay, a participé récemment à des tests d'utilisation de petits appareils télécommandés pour la livraison de médicaments ou d'échantillons médicaux en région éloignée.

Lors du test, un drone de petite taille a pris son envol avec un colis bien particulier au Centre d'excellence sur les drones (CED). La simulation consistait à transporter un médicament vers une fausse pharmacie située à proximité de l'aéroport d'Alma.

L'objectif, c'est d'arriver à livrer de la médication dans un site rural, par exemple de partir de Chicoutimi, de chez ECOGENE-21, puis d'arriver à aller livrer une médication à un site rural qui se trouverait par exemple au Lac-Saint-Jean ou sur la Côte-Nord, a expliqué Marie-Claude Morissette, directrice des partenariats cliniques.

ECOGENE-21 doit développer des technologies visant à rendre les recherches médicales plus accessibles aux patients en région éloignée. Cela inclut les traitements particuliers pour des malades qui répondent mal à la médication habituelle.

Deux femmes posent dans un bureau.

Diane Brisson est la directrice des opérations chez ECOGENE-21 et Marie-Claude Morissette est la directrice des partenariats cliniques.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Utile pour envoyer des échantillons

À titre d'exemple, une dame originaire de l'Alberta, qui a participé dans la région à une étude sur une maladie génétique rare, aurait pu bénéficier d'un tel service de livraison.

C'est sûr qu'elle venait pour avoir la thérapie génique, mais elle est venue aussi périodiquement pour qu'on puisse prendre des échantillons sanguins, pour qu'on puisse faire des études sur elle tout au cours de l'étude, a indiqué Diane Brisson, directrice des opérations chez ECOGENE-21.

La dame aurait ainsi évité de nombreux voyages si ses échantillons avaient pu être expédiés par drone.

Dans un bon état

Les tests visent à mesurer dans quel état le colis peut être envoyé à bon port.

On veut s'assurer que l'intégrité de l'échantillon, de la médication ou du repas qui est transporté soit maintenue, donc que la température [soit] maintenue, que la médication soit livrée dans un bon état ou que les échantillons biologiques soient livrés dans un bon état, a enchaîné Marie-Claude Morissette.

D'ici à ce que le projet devienne réalité, il faudra entre autres veiller à ce que la livraison puisse se faire avec un drone entièrement robotisé. Mais avant d’aller de l’avant, la réglementation devra être modifiée pour permettre de piloter des drones sur de très grandes distances, sans contact visuel.

C'est sûr que c'est plus facile de convaincre Transports Canada de l'importance de modifier la réglementation pour justement permettre ce type de règlement plutôt que d'aller livrer de la pizza chez quelqu'un, a mentionné Diane Brisson.

D'après un reportage de Gilles Munger

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !