•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’impôt sur la spéculation immobilière passe à 25 % pour les investisseurs étrangers

Un chien couché sur la galerie d'une maison à vendre à Toronto.

L'impôt s’applique au prix des logements achetés en Ontario par des ressortissants étrangers, des sociétés étrangères ou des fiduciaires imposables.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Radio-Canada

Le gouvernement de Doug Ford a annoncé lundi soir, en pleine soirée électorale municipale en Ontario, que le taux de l’impôt sur la spéculation pour les non-résidents passera de 20 % à 25 % mardi, ce qui en fera le taux le plus élevé au pays.

L’objectif est de dissuader les investisseurs non résidents de s’adonner à de la spéculation sur le marché du logement de la province, précise le gouvernement dans un communiqué.

La spéculation par des investisseurs étrangers est un des facteurs qui ont contribué à la hausse des prix dans certains marchés comme Toronto et rendu l’accès à la propriété encore plus difficile pour les résidents et les nouveaux arrivants.

En mars déjà, l'impôt avait été étendu à l’ensemble de la province et son taux était passé de 15 % à 20 %. Il s'appliquait auparavant uniquement à la grande région du Golden Horseshoe, qui s'étend du Niagara à la baie Georgienne et jusqu'aux comtés de Peterborough et de Northumberland.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.