•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La mort d’un bébé liée au manque de logements au Nunavik

Un village du Nunavik.

Il s'agissait du dixième décès de nourrisson dans la région en 2021. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Marika Wheeler

La coroner Geneviève Thériault demande au gouvernement du Québec d'accroître rapidement l’offre de logements sociaux au Nunavik, alors que le surpeuplement des foyers serait en cause dans le décès d’un nourrisson durant son sommeil, en avril 2021.

L’histoire a d'abord été mise en lumière dans les pages du quotidien Le Devoir, avant que la coroner ne publie son rapport d'investigation.

On y apprend que, le soir de sa mort à Kangiqsualujjuaq, un enfant âgé de 3 mois dormait sur un matelas deux places.

Un adulte est venu le rejoindre à la fin de la soirée pour dormir. Une deuxième personne les aurait rejoints un peu plus tard.

L’enfant a été retrouvé en arrêt cardiorespiratoire vers 1 h du matin, et son décès a été constaté au dispensaire du village de Kangiqsualujjuaq.

Fourrures de loups dans le village de Kangiqsualujjuaq.

Environ 950 personnes habitent le village de Kangiqsualujjuaq, au Nunavik.

Photo : iStock / francoisls

L’enquête

Selon la coroner, il est possible que l'enfant ait été écrasé durant son sommeil, ce qui aurait pu créer une asphyxie par suffocation. Des couvertures pourraient aussi lui avoir recouvert la tête.

L’autopsie n’a toutefois pas permis de conclure sans l’ombre d’un doute qu’il s’agit de la cause officielle du décès.

Dans une autopsie, ce n'est pratiquement pas détectable. C’est pour ça que c’est très difficile de déterminer qu’un enfant est décédé des suites d’une asphyxie. Les circonstances sont aussi difficiles à déterminer de façon exacte, explique la coroner Geneviève Thériault.

D’autres facteurs de risque ont aussi été évoqués par la coroner dans cette histoire, comme l’exposition à la fumée secondaire et le fait que le bébé n'était pas allaité.

Une femme allaite un nourrisson.

L'allaitement contribue à la santé générale des nourrissons et renforce leur système immunitaire.

Photo : Getty Images / Nastasic

La cause exacte de son décès n’a toutefois pas été déterminée, et les autorités de santé ont conclu à un cas de syndrome de mort subite du nourrisson.

Plus de logements

Le contexte du décès de cet enfant n’est pas un cas isolé. En 2021, 10 enfants de moins de 1 an ont aussi succombé à des causes indéterminées au Nunavik. La coroner a remarqué des similitudes dans les circonstances de ces décès.

Le surpeuplement des logements est évoqué comme étant un facteur de risque récurrent. Par manque d’espace, de jeunes enfants dorment dans le même lit que des adultes, ce qui pose un risque de mort par asphyxie involontaire.

Il faut dormir seul, dans un lit approprié à la taille de l’enfant, comme [un lit d'enfant]. Sans couverture, sans toutou, sans oreiller, sans rien qui pourrait l’étouffer. Quand un enfant dort dans un lit d’adulte [...], ça peut faire en sorte que, dans la nuit, il se retrouve écrasé, explique la coroner.

Quand on a des logements surpeuplés, ça ne permet pas de mettre les enfants dans des [lits pour enfants] pour qu’ils puissent dormir dans un environnement sécuritaire seuls, ajoute-t-elle.

Geneviève Thériault recommande donc l’investissement rapide des instances provinciales et fédérales dans la construction de logements sociaux sécuritaires au Nunavik.

Le besoin est par ailleurs criant dans la région, où 47 % des logements sont surpeuplés.

Des maisons de Kuujjuaq. Photo prise par Félix Lebel en septembre 2022.

Entre 2016 et 2021, la proportion de logements surpeuplés a toutefois baissé de 5 %, pour atteindre 47 %.

Photo : Radio-Canada / Félix Lebel

L’Office municipal d’habitation Kativik soulignait, en septembre dernier, qu’il manquait plus de 800 logements pour répondre à la demande dans la région.

Au Nunavik, la construction est ralentie par la difficulté d’approvisionnement en matériaux, par le manque de main-d'œuvre et par le coût exorbitant des travaux.

Prévention

La coroner recommande à court terme d’assurer gratuitement l’accès à un lit adapté à l’âge des enfants, pour toutes les familles de la région.

« Ce serait probablement la chose la plus facile à mettre en œuvre rapidement. »

— Une citation de  Geneviève Thériault

Elle recommande aussi de poursuivre la sensibilisation sur les pratiques sécuritaires de sommeil de l’enfant et les campagnes contre le tabagisme.

Elle interpelle également le ministère de la Santé et des Services sociaux, pour qu’ils déploient davantage de sages-femmes, d’infirmières, de médecins de familles, de pédiatres, de travailleurs sociaux et des spécialistes en dépendance pour améliorer la situation.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...