•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Russie frappe l’électricité et le carburant ukrainiens

De la fumée et des flammes sortent d'un bâtiment lors d'un bombardement russe.

L'Ukraine a accusé la Russie d’avoir lancé une attaque massive contre son réseau énergétique, ce qui a laissé environ 1,5 million de foyers sans électricité.

Photo : Getty Images / AFP / YASUYOSHI CHIBA

Agence France-Presse

Les Ukrainiens continuaient à subir des coupures massives d'électricité dimanche, conséquence des frappes russes répétées contre les infrastructures du pays à l'approche de l'hiver, tandis que la Russie s'est félicitée d'avoir détruit un dépôt de carburant de l'aviation ukrainienne.

L'opérateur national Ukrenergo a procédé dimanche à des coupures électriques dans la capitale ukrainienne, Kiev, pour stabiliser la fourniture en électricité, selon le fournisseur privé d'électricité ukrainien DTEK.

Les coupures, qui touchent alternativement les différents quartiers de la capitale divisée en trois groupes, ne devaient toutefois pas durer plus de quatre heures, a précisé DTEK sans exclure toutefois des durées un peu plus longues en raison de l'étendue des dégâts.

Plus d'un million de foyers ukrainiens ont été privés d'électricité à la suite d'attaques russes contre les infrastructures électriques, avait précisé samedi la présidence de l'Ukraine.

Destruction d'un grand dépôt de carburant

Depuis une dizaine de jours, la Russie multiplie les frappes sur le réseau ukrainien, ce qui a entraîné la destruction d'au moins un tiers de ses capacités, et ce, juste avant l'hiver.

Particuliers et entreprises d'Ukraine sont par conséquent appelés à limiter leur consommation d'électricité.

Les frappes de l'armée russe ont ciblé et détruit dimanche un dépôt qui contenait 100 000 tonnes de carburant destiné à l'aviation ukrainienne ainsi que plusieurs dépôts de munitions et un réservoir de pétrole avec du carburant diesel destiné aux véhicules militaires ukrainiens.

Des bâtiments en ruine.

Des infrastructures sont en ruine après avoir été détruites lors des combats entre les forces russes et ukrainiennes dimanche.

Photo : Getty Images / Carl Court

Un dépôt qui abritait plus de 100 000 tonnes de carburant destiné aux forces aériennes ukrainiennes a été détruit près de la localité de Smela, dans la région de Tcherkassk, dans le centre de l'Ukraine, a annoncé le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Civils tués

La Russie fait actuellement face à une vaste contre-offensive ukrainienne et dénonce une augmentation considérable des tirs ukrainiens sur plusieurs régions russes frontalières, dont celle de Belgorod, de même que celles de Koursk et de Briansk.

Deux lignes de défense ont été construites dans la région russe de Koursk pour faire face à une éventuelle attaque des forces ukrainiennes, a annoncé dimanche le gouverneur de la région, Roman Starovoït. Nous sommes prêts à faire face à toute atteinte à notre territoire, a-t-il assuré.

Le gouverneur de la région frontalière russe de Belgorod avait aussi annoncé samedi le début de construction d'une ligne de défense.

Samedi, deux personnes avaient été tuées dans les frappes ukrainiennes contre des infrastructures civiles dans la région de Belgorod, selon les autorités locales.

Les autorités prorusses de la région de Kherson, annexée par la Russie dans le sud de l'Ukraine, ont appelé samedi les civils à quitter immédiatement la capitale régionale devant l'avancée des forces de Kiev.

Des résidents se trouvent près d'une structure en feu.

Des incendies ont pris naissance à la suite des bombardements.

Photo : Getty Images / AFP / DIMITAR DILKOFF

Les évacuations vers la rive gauche du fleuve Dniepr, qui borde Kherson, sont en cours depuis mercredi.

Une personne a été tuée dimanche dans l'explosion d'un engin artisanal accroché à un poteau dans une rue à Kherson, ont indiqué les autorités d'occupation prorusse.

Kherson est la première ville importante à avoir été prise par les forces russes au début de leur offensive lancée le 24 février.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...