•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Besoin criant de familles d’accueil aux Îles-de-la-Madeleine

Affiche promotionnelle où il est écrit Devenir famille d'accueil.

La DPJ recherche des familles qui peuvent s'engager à plus ou moins long terme avec un ou des enfants.

Photo : Radio-Canada

Il y a un urgent besoin de familles d’accueil aux Îles-de-la-Madeleine. La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) recherche des familles bienveillantes et disponibles pour des jeunes en difficulté.

On est tout le temps en recrutement, indique Geneviève Michon, intervenante au contrôle qualité auprès des familles d'accueil aux Îles-de-la-Madeleine, mais actuellement notre situation est plus critique.

Elle explique que certaines familles sont sorties du réseau, ce qui a pour effet de diminuer le nombre de places. Ce sont des familles qui collaboraient avec nous depuis plusieurs années et qui prennent leur retraite en quelque sorte, explique-t-elle. Ces fermetures sont arrivées pas mal toutes en même temps. C’est un concours de circonstances.

Chapeautée par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie, la DPJ a d'abord sollicité divers milieux professionnels, tout le milieu scolaire, tous les professionnels de la santé. Et là, on s’adresse à la population, mentionne Mme Michon. On a besoin de places surtout pour des ados.

Un enfant est assis dans des estrades avec son toutou.

Une famille d'accueil bienveillante peut faire une grande différence dans la vie d'un enfant.

Photo : iStock

La situation est particulièrement critique pour un certain Félix (nom fictif), un jeune de 13 ans. Selon Mme Michon, il s'agit d'un jeune attachant, blagueur et attentionné qui a un intérêt marqué pour tout ce qui concerne l'informatique. Il adore les animaux, particulièrement les chiens et il aime faire du vélo et s’entraîner.

Mme Michon rappelle que les familles d'accueil reçoivent une compensation financière. Le montant est déterminé selon le nombre de places disponibles et en fonction des besoins particuliers de l’enfant.

Elle mentionne également que le choix de la famille se fait en fonction du lieu. Idéalement, le jeune doit pouvoir continuer d'avoir des contacts avec ses parents.

Geneviève Michon mentionne toutefois que les besoins sont tout aussi importants en Gaspésie et même un peu partout au Québec.

Les personnes qui désirent offrir leur aide peuvent s’adresser au CISSS  de la Gaspésie.

Avec les informations de Louis Pelchat-Labelle

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...