•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Danielle Smith s’excuse pour ses propos sur la guerre en Ukraine

La première ministre répétait la propagande russe, selon des experts.

Danielle Smith parle dans un micro.

Danielle Smith a répété des messages associés à la propagande russe au cours des derniers mois.

Photo : Radio-Canada / Danielle Bénard

La nouvelle première ministre albertaine Danielle Smith a présenté ses excuses mardi pour les propos qu’elle a tenus ce printemps sur l’invasion russe en Ukraine. En plus d’affirmer en avril que l’Ukraine devrait rester neutre face à la Russie, elle suggérait que l’OTAN était en partie responsable de l’invasion.

Je condamne catégoriquement l’invasion russe de l’Ukraine et la souffrance indescriptible que la Russie a infligée et inflige encore au peuple ukrainien, affirme-t-elle dans un communiqué.

Avant de revenir en politique plus tôt cette année, j’ai fait des commentaires mal avisés sur l’invasion russe de l’Ukraine. Ma connaissance et mon opinion à ce sujet ont drastiquement évolué depuis et je m’excuse pour ces commentaires.

Elle affirme avoir demandé à son bureau de tendre la main à la communauté ukrainienne de l’Alberta pour voir comment mieux accueillir les réfugiés ukrainiens.

Je soutiens l’Ukraine et le peuple ukrainien, réitère-t-elle.

Un relais de la propagande russe

Danielle Smith fait partie des politiciens canadiens qui véhiculent des messages associés à la propagande russe, et pas seulement sur l’Ukraine, selon des politologues.

Au cours de la dernière année, Danielle Smith a également appuyé des groupes anti-vaccination et partagé des informations sur des traitements non prouvés contre la COVID-19, comme l’ivermectine et l’hydroxychloroquine.

Selon le journaliste indépendant Justin Ling, elle a aussi affirmé sur le site Locals.com que le président américain Donald Trump n’aurait pas perdu l’élection de 2020 si le vote n’avait pas été manipulé, une affirmation maintes fois démentie.

Selon le professeur de sciences politiques et spécialiste de la désinformation Jean-Christophe Boucher, de l’Université de Calgary, ces messages sont tous véhiculés par la propagande russe.

« Depuis 2016, on voit un recoupement entre les opérations d’influence russe, le mouvement anti-vaccination et l’extrême droite. C'est un écosystème informationnel. »

— Une citation de  Jean Christophe Boucher, professeur spécialisé en désinformation à l'Université de Calgary

L’un des buts à long terme de la désinformation russe est de provoquer l'érosion de la confiance dans les institutions démocratiques. Avoir une première ministre qui est désinformée et partage cette désinformation accentue cette érosion des institutions démocratiques. Cela fragilise la résilience de notre société, poursuit-il.

En étudiant ses publications sur les réseaux sociaux et ses déclarations publiques, Jean-Christophe Boucher constate que Danielle Smith s’abreuve à des sources d’informations près de l’extrême droite teintées par cette propagande.

Si les affirmations controversées de Danielle Smith sur l'invasion russe en Ukraine datent de ce printemps, elles pourraient avoir un impact encore plus considérable si la nouvelle première ministre continue de les répéter. Cela leur donnerait davantage de légitimité et accentuerait le risque de contagion de la désinformation, croit Jean-Christophe Boucher.

Un gain politique incertain

Le professeur de sciences politiques Frédéric Boily, du Campus Saint-Jean de l’Université de l’Alberta, croit que Danielle Smith se montre plus ouverte à de telles idées en raison de son idéologie populiste, soit sa critique des élites mises en opposition au peuple.

Depuis l’élection fédérale de 2019, on voit un discours de droite plus virulent. Danielle Smith essaie de capitaliser sur cette énergie populiste que j’appelle le "soupçonnisme". Il faut soupçonner que les experts nous disent la vérité, soupçonner les vérités établies, expose-t-il.

On retrouve ça fréquemment dans le discours de Danielle Smith : que peut-être qu’il y a une vérité alternative qui nous permet de mieux comprendre les choses. Je crois que son dernier commentaire sur l'Ukraine va dans cette direction, croit-il.

Si Danielle Smith a réussi à mobiliser sa base durant la course à la chefferie conservatrice unie avec cette rhétorique, Frédéric Boily et Jean-Christophe Boucher estiment que dans le dossier ukrainien, cela pourrait nuire à la nouvelle première ministre.

L’Alberta compte la plus importante diaspora ukrainienne au pays en nombre absolu et celle-ci pourrait se braquer si elle croit que Danielle Smith est trop proche du Kremlin.

Dans une large mesure, les gens au Canada qui pensent qu’on devrait sacrifier l'Ukraine pour les ambitions territoriales de la Russie sont peu nombreux, surtout en Alberta. C'est très étonnant, pour une première ministre, de se faire le porte-voix de la propagande russe. C'est un problème, juge Jean-Christophe Boucher.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...