•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La GRC du Manitoba enquête sur des tombes anonymes découvertes près d’un ancien pensionnat

Deux employés d'AltoMaxx vêtus de vestes fluorescentes utilisent un drone dans la Première nation de Pine Creek, au Manitoba, le 11 mai 2022.

Cet été, les recherches par géoradar à Pine Creek avaient démontré la présence d'anomalie sur le terrain d'une église près d'un ancien pensionnat pour Autochtones.

Photo : Angela McKay / Première Nation de Pine Creek

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) ouvre une enquête sur les anomalies détectées dans le sol près d’un ancien pensionnat pour Autochtones, dans l’ouest du Manitoba. Une recherche par géoradar effectuée cet été dans la Première Nation de Pine Creek laisse croire qu’il pourrait s'agir de tombes non marquées.

Six des anomalies ont été signalées en juin de cette année et 14 autres en août sous une église catholique proche de l’ancien pensionnat. Les découvertes ont été faites par la société AltoMaxx, basée en Colombie-Britannique.

Le chef de Pine Creek, Derek Nepinak, affirme que le nombre d'anomalies détectées est maintenant passé à 71.

M. Nepinak précise qu’à ce jour, cinq balayages ont été effectués, dans une zone d'environ 40 hectares.

En août, le chef expliquait que les anomalies mesuraient entre 1m et 1,25m de long, et qu'elles correspondaient aux sépultures non marquées découvertes au Canada et ailleurs.

Jeudi, la communauté également connue comme Minegoziibe Anishinabe a tenu un banquet en présence d’agents des Services des crimes majeurs et du détachement local de la GRC.

Selon un communiqué de la police, les enquêteurs ont discuté de la façon de mener cette enquête en respectant la culture et les besoins de la communauté.

L'enquête sera donc menée en collaboration entre la GRC et Pine Creek, d’après Derek Nepinak. La Première Nation affectera des délégués au processus et des locuteurs de langue pour les services de traduction.

« Il n'y a pas de lignes directrices, de protocoles ou de paramètres établis sur ce que nous appelons une enquête collaborative avec la GRC. C'est la première du genre. »

— Une citation de  Derek Nepinak, chef de la Première Nation de Pine Creek

La GRC doit veiller à ce que l'enquête soit approfondie, méthodique et adaptée à la culture, et à recueillir les preuves pour fournir les réponses que la communauté recherche, explique l’officier responsable du service des crimes majeurs, Rob Lasson.

Dans le cadre de la phase initiale de l'enquête, les agents collecteront tous les renseignements possibles sur les anomalies, identifieront des témoins et commenceront à s’entretenir avec eux, le tout selon une approche axée sur les traumatismes.

La police envisagera également un examen du site en fonction de l'analyse des preuves recueillies au cours de cette première phase, comme le précise le communiqué.

De nombreuses Premières Nations au Canada ont entamé des recherches sur les sites des anciens pensionnats, après la découverte de plus de 200 tombes non marquées à Kamloops, en Colombie-Britannique, en 2021.

Avec les informations de Chelsea Kemp

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...