•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ukraine : face à la contre-offensive de Kiev, la Russie va évacuer la population du sud

Des aînés sur un banc, entourés de militaires russes non identifiables.

Des aînés locaux parlent à un groupe de soldats russes à Kherson (photographie prise lors d'un voyage organisé par le ministère russe de la Défense). (Archives)

Photo : Associated Press

Agence France-Presse

La Russie a annoncé jeudi qu'elle allait organiser l'évacuation vers son territoire de la population de la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine, affirmant répondre à une demande des autorités d'occupation locales menacées par les progrès de la contre-offensive des forces ukrainiennes.

Malgré ses frappes massives cette semaine dans tout le pays, la Russie reste en difficulté sur le terrain face aux contre-offensives ukrainiennes. Dans ce contexte, l'Union européenne a lancé une nouvelle mise en garde à Vladimir Poutine.

« Toute attaque nucléaire contre l'Ukraine entraînera une réponse. Pas une réponse nucléaire, mais une réponse militaire si puissante que l'armée russe sera anéantie. »

— Une citation de  Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne

Dans l'immédiat, c'est plutôt d'évacuations de population qu'il est question à Moscou.

À la suite de l'appel du chef de la région de Kherson [...], le gouvernement a décidé d'organiser une aide pour le départ des habitants de la région vers d'autres régions de la Fédération de Russie, a déclaré le vice-premier ministre Marat Khousnoulline à la télévision.

Nous fournirons à chacun un logement gratuit et tout le nécessaire, a poursuivi le ministre, sans donner d'indications sur le nombre de personnes concernées.

Les autorités d'occupation russes de la région de Kherson avaient demandé auparavant à Moscou d'organiser l'évacuation des civils de ce territoire « annexé » fin septembre avec trois autres territoires ukrainiens.

Les habitants seront emmenés dans la péninsule de Crimée, annexée en 2014 par Moscou, et dans les régions de Rostov, Krasnodar et Stavropol, dans le sud de la Russie.

Cette annonce survient alors que l'armée ukrainienne a dit jeudi avoir reconquis cinq localités dans la région, après avoir déjà revendiqué mercredi la prise de cinq autres communes.

Des soldats ukrainiens sur leur camion près de Kalenyky.

Des soldats ukrainiens se tiennent debout sur leur camion près de Kalenyky, dans la région de Donetsk, le 13 octobre 2022.

Photo : afp via getty images / YASUYOSHI CHIBA

Depuis plusieurs semaines, l'armée ukrainienne mène une contre-offensive dans ce territoire occupé depuis l'offensive russe. Elle a récemment affirmé en avoir repris plus de 400 km2 en une semaine.

Les autorités ukrainiennes n'avaient pas encore réagi aux annonces d'évacuation en début de soirée. Kiev a accusé par le passé la Russie d'avoir emmené sur son territoire sous couvert d'évacuation des milliers d'habitants des territoires occupés.

Sur le front diplomatique, les présidents russe et turc se sont retrouvés jeudi au Kazakhstan en marge d'un sommet régional à Astana, mais n'ont pas évoqué publiquement la proposition de médiation turque évoquée précédemment par le Kremlin.

M. Poutine a proposé la création d'un hub gazier en Turquie pour exporter les hydrocarbures russes.

Il n'y a pour nous aucun sens à créer de nouvelles infrastructures qui permettraient d'importer davantage de gaz russe, a réagi la présidence française.

Neutraliser la menace de missiles russes

L'Ukraine continue pour sa part d'engranger les promesses de livraison de systèmes antiaériens pour neutraliser la menace des missiles russes.

Après l'annonce de l'arrivée d'un système allemand et de la livraison prochaine de modèles américains, le Royaume-Uni a annoncé qu'il fournirait des munitions capables d'abattre des missiles de croisière.

L'Espagne va fournir quatre systèmes sol-air de moyenne portée « Hawk », selon l'OTAN.

Nous espérons plus de la France et de l'Italie dans le domaine de la défense aérienne, a déclaré jeudi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, s'adressant en visioconférence à l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE).

Il a souligné lors de son adresse quotidienne dans la soirée que la Russie envoyait en ce moment des milliers de ses mobilisés sur le front. L'utilisation par les généraux russes de ces gens comme chair à canon leur permet de renforcer la pression sur nos défenseurs. C'est une pression tangible.

La situation sur le terrain est compliquée, mais maîtrisée, a déclaré de son côté le commandant en chef de l'armée ukrainienne, Valery Zaloujny.

« La supériorité de l'artillerie ennemie illustre la nécessité d'augmenter la puissance de feu des forces armées ukrainiennes. La question des défenses antiaériennes intégrées est également essentielle. »

— Une citation de  Valery Zaloujny, commandant en chef de l'armée ukrainienne

Les forces russes, en recul sur plusieurs fronts, sont à l'offensive sur celui de Bakhmout, ville de l'est qui comptait avant la guerre 70 000 habitants et qui est aujourd'hui largement désertée et ravagée par les tirs d'artillerie.

Plus au nord, à Iampil, près du nœud ferroviaire stratégique de Lyman récemment reconquis par l'Ukraine, les journalistes de l'AFP ont entendu jeudi des tirs nourris d'artillerie. Selon un soldat revenant du front, le village de Torske y essuyait des bombardements russes.

À Belgorod, en Russie, un missile ukrainien a frappé, sans faire de victimes, un immeuble d'habitation, ont rapporté les autorités locales.

Dans la soirée, une frappe ukrainienne a fait exploser un dépôt de munitions dans la région de cette grande ville située dans une région frontalière de l'Ukraine, selon le gouverneur de la région.

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kouleba a annoncé s'être entretenu avec le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi, de retour en Ukraine jeudi, dans un abri antiaérien à Kiev.

J'ai réaffirmé que la Russie doit quitter la centrale nucléaire de Zaporijjia afin de la sécuriser et cesser d'enlever et d'intimider son personnel ukrainien, a déclaré M. Kouleba.

M. Grossi entend négocier une formule à même de sécuriser cette centrale nucléaire, occupée et annexée par les Russes et visée régulièrement par des tirs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...