•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amos souhaite agrandir le territoire de son aéroport municipal

Photo extérieure du petit aérogare d'Amos.

L'aérogare de l'aéroport municipal Magny d'Amos.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

La Ville d’Amos souhaite agrandir le territoire de l'aéroport municipal Magny.

Des démarches ont été entamées pour ajouter une bande de 1,8 million de mètres carrés au sud de la piste d’atterrissage, soit à l’arrière des hangars actuels. Il s’agit d’un rectangle qui fait environ une fois et demie la largeur de la piste, sur toute sa longueur.

La municipalité veut ainsi assurer le potentiel de développement de ses infrastructures aéroportuaires à long terme. Le maire d'Amos, Sébastien D’Astous, rappelle que l’aéroport joue un rôle essentiel pour le centre régional de traumatologie, la cour itinérante et les services correctionnels avec le transport de prévenus du Nord.

« On sait que ce sont des démarches quand même longues et ardues. Ce qu’on veut, c’est avoir des mètres carrés pour fins de développement. On a des demandes pour des hangars », souligne M. D'Astous.

« On veut faire du développement économique. On veut aussi améliorer nos infrastructures. Par exemple, on est en train de finaliser le projet de dégivrage et ça prend de la machinerie. Donc, ça prend de l’espace. »

— Une citation de  Sébastien D'Astous, maire d'Amos

La Ville entrevoit notamment un potentiel de développement au niveau commercial, avec la mise en place de la station de dégivrage des ailes au glycol. Il sera, par exemple, plus facile de faire atterrir des avions comme le DASH-8 en hiver. On pourrait donc voir plus de vols commerciaux, et possiblement offrir le service de navettage de type fly-in fly-out vers des mines dans le Nord.

Une photo du vaste terrain comprenant un hangar et la piste d'atterrissage de l'aéroport d'Amos.

C'est derrière le hangar d'Avionnerie Amos (à gauche), sur la longueur de la piste d'atterrissage (à droite), que s'étend la bande de terrain que souhaite ajouter la Ville d'Amos. Entre le hangar et la piste, on aménage la station de dégivrage des ailes.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

En quête d’appuis

Bien qu’il appartienne à la Ville d’Amos, l’aéroport Magny est situé à la fois sur le territoire de Sainte-Gertrude-Manneville et de Trécesson, tout comme les lots qu’elle souhaite acquérir auprès du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN).

À sa séance du 4 octobre, le conseil municipal d’Amos a donc sollicité des avis de conformité à la réglementation municipale auprès des deux municipalités. La Ville pourra ensuite s’adresser au MERN. Les démarches peuvent être longues, selon le maire D’Astous.

Ce sont généralement des transactions qui se font sur cinq à sept ans, mais ça pourrait aller plus vite avec des appuis du CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue et du ministère de la Justice. On parle probablement d’un horizon de cinq ans, alors on ne prend pas de chances, on veut être certains d’avoir de l’espace pour continuer notre développement, affirme-t-il.

Préoccupations pour l’esker

Sébastien D’Astous reconnaît que ce projet d’agrandissement amène des préoccupations quant à la protection de l’esker Saint-Mathieu-Berry, sur lequel sont situées les infrastructures aéroportuaires de la Ville.

On a une bonne équipe au niveau de notre unité de recherche, le GRES (Groupe de recherche en eaux souterraines) et la SESAT (Société des eaux souterraines de l‘Abitibi-Témiscamingue), qui sont là afin de nous donner l'information nécessaire pour prendre les meilleures décisions pour protéger les eskers. Nous sommes soucieux de l'impact que l’aéroport peut avoir sur l’esker. On a d’ailleurs fait un super projet pour pouvoir dégivrer les ailes des aéronefs de la façon la plus sécuritaire en récupérant le glycol, assure-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...