•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Premières Nations portent plainte contre Ottawa pour discrimination systémique

Les représentants des Premières Nations Siksika, Kainai (Blood Tribe) et Piikani à la conférence de presse.

La Confédération des Pieds-Noirs porte plainte contre le gouvernement fédéral pour discrimination systémique.

Photo : Radio-Canada / William Hamelin

Radio-Canada

La Confédération des Pieds-Noirs porte plainte devant le Tribunal canadien des droits de la personne contre Services aux Autochtones Canada (SAC) pour discrimination systémique à travers le programme albertain aidant les personnes ayant un trouble du développement.

Les représentants des Premières Nations Siksika, Kainai (Blood Tribe) et Piikani dénoncent ce qu'elles considèrent comme de la discrimination que les adultes autochtones ayant des troubles du développement subissent lorsqu'ils ont recours au programme provincial Persons with Development Disabilities (PDD).

Selon l’avocate Carly Fox, de la firme Fox Fraser, qui représente les trois Premières Nations, la plainte a été déposée il y a plus d’un mois.

Les plaignants soutiennent que les adultes autochtones subissent de la discrimination liée à leur appartenance, à la nationalité et à l’origine ethnique lorsqu'ils transigent avec Services aux Autochtones Canada.

Tony Delaney, membre du conseil de la Première Nation Kainai (Blood Tribe), explique que les personnes vivant dans les communautés autochtones du sud de l’Alberta n'ont pas un accès équitable aux services offerts aux personnes ayant des troubles de développement par rapport aux personnes non autochtones.

Les services ne sont souvent pas comparables à ceux qu'offre la province, note-t-il. Les membres des Premières Nations n'ont pas accès à des services comme les établissements communautaires de soins de longue durée, les services de soins à domicile ou le transport médical.

Les plaignants espèrent obtenir un financement stable et équitable en matière de services adaptés aux membres de la Confédération des Pieds-Noirs.

Selon Tracy McHugh, une membre du conseil des chefs de la Première Nation Siksika, 356 adultes ayant des troubles du développement faisant partie de la Première Nation Siksika n’ont pas accès aux soins nécessaires.

Soit ils restent chez eux avec leur famille et dans leur communauté sans avoir [accès] au programme et aux services, soit ils quittent la communauté pour y avoir accès, explique-t-elle. Comment cela peut-il être une bonne option?

Au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement du Canada n’a pas répondu à la plainte.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...