•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux aventuriers ont visité les extrémités de l’Ontario, aux quatre points cardinaux

Deux hommes devant une colline.

Billl Steer, Brian Emblin et un ours polaire en arrière-plan à quelques pas du point le plus au nord de l'Ontario.

Photo : Avec la permission de Brian Emblin

Brian Emblin et son ami Bill Steer se sont lancé comme défi de se rendre aux extrémités de l’Ontario d’est en ouest et du nord au sud. Un défi que le duo vient de réaliser après avoir croisé une dizaine d’ours polaires à bord d’un véhicule tout terrain, dans la toundra.

Je trouve ça un peu drôle qu’il y ait du monde qui prend des vacances en Afrique pour voir une autre culture ou différents animaux, quand tu peux faire ça dans notre province, souligne Brian Emblin.

Afin d’atteindre le point le plus au nord de l’Ontario, le duo devait d'abord se trouver un guide chez les Premières Nations situées au bord de la baie d'Hudson, une tâche qui n’était pas de tout repos.

Deux hommes dans l'eau, en VTT.

Afin d'atteindre leur objectif, Brian et Bill ont traversé une douzaine de petits estuaires en véhicule tout terrain.

Photo : Avec la permission de Brian Emblin

Sans guide, l’expérience est considérée comme étant trop périlleuse puisque le trajet implique plus d'une centaine de kilomètres en véhicule tout terrain à partir de Fort Severn, aucun point de repère dans la toundra et la possibilité de se retrouver face à face avec un ours polaire.

Le fureteur nord-ontarien

Consulter le dossier complet

Le fureteur nord-ontarien Jimmy Chabot.

Après des mois à appeler et envoyer des courriels à des chefs autochtones de l'Ontario et du Manitoba, les efforts de Brian Emblin n'aboutissent pas.

Celui-ci était sur le point d’abandonner, jusqu’à ce qu’il croise, à Timmins, son ancien camarade de classe Bruce Achneepineskum, qui est maintenant chef de la Première Nation de Marten Falls.

Brian lui fait part de son objectif et deux minutes plus tard, M. Achneepineskum lui déniche un guide du nom de George Kakekaspan, qui choisit le week-end de l’Action de grâce pour les aider dans leur mission.

Après un vol en provenance de Sioux Lookout vers la communauté la plus au nord de l'Ontario, la Première Nation de Fort Severn, Brian est dépaysé.

Une culture complètement différente de nous autres, affirme-t-il à propos de la communauté.

Il est émerveillé par son guide, George Kakekaspan, un gentil géant de 6 pieds 2 pouces avec un fusil.

George a la tâche de rester aux aguets pour surveiller les ours polaires qui pourraient se trouver dans le secteur. Il va accompagner Brian et Bill dans ce périple de 300 kilomètres aller-retour en véhicule tout terrain.

Le trio a souvent dû passer la nuit dans les camps de chasse des membres de la communauté de leur guide.

On a pu apercevoir de magnifiques aurores boréales dès le premier soir, renchérit un Brian emballé par son épopée.

Une aurore boréale au-dessus d'un campement.

Des paysages dignes d'une carte postale, Brian Emblin en a croisé plein dans son aventure dans le Nord de l'Ontario.

Photo : Avec la permission de Brian Emblin

Brian se souvient d'avoir vu beaucoup d'animaux pendant son expédition vers le Nord.

On a vu des ours polaires, des ptarmigans [un oiseau arctique qui ressemble à une perdrix], un renard arctique, des traces de caribou, énumère-t-il.

La longue épopée vers l’Ouest

Bill Steer, mieux connu sous le nom de Back Roads Bill, est venu rejoindre son bon ami Brian Emblin à sa demeure à Timmins. Ensemble, ils ont conduit plus de 1400 kilomètres sur la route 11 vers Kenora, ensuite vers le Manitoba puis ils ont atteint les États-Unis.

À la frontière, aucun douanier pour les accueillir, ils doivent s’enregistrer sur une tablette électronique dans ce qui ressemble à un abribus. Huit kilomètres plus tard, ils sont à Angle Inlet, au Minnesota.

En excluant l’Alaska, il s’agit de l’endroit le plus au nord des États-Unis.

Un poste frontalier.

La frontière américaine ressemble à un abribus, selon le duo d'explorateurs.

Photo : Avec la permission de Brian Emblin

Pourquoi traverser par les États-Unis? Brian Emblin nous montre une carte afin que l’on comprenne. On constate qu’en traçant l’axe vertical entre le Manitoba et l’Ontario, une parcelle de terre est partagée entre les deux provinces. Aucune route n'y mène.

Un homme montre un endroit sur la carte.

Le point le plus à l'ouest de la province, que Brian a visitée en juin dernier. On peut voir la province du Manitoba en rouge, et l'État du Minnesota en jaune.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

On a loué une embarcation d’un gars là-bas à Lake of the Woods, dit-il, racontant avoir été accueilli par des pélicans lorsqu'ils sont arrivés sur le quai.

Les deux hommes ont navigué sur les eaux américaines, puis manitobaines pour toucher terre en Ontario et prendre leur photo.

Les points cardinaux à l’ouest et au nord de la province sont recommandés aux explorateurs plus expérimentés.

Le plus simple, c’est le point est, sur le terrain de quelqu’un entre Montréal et Cornwall. Le deuxième, c’est le point sud, sur l’île Pelée, en prenant un traversier [depuis Leamington].

Un homme entre deux frontières.

Brian Emblin a un pied au Québec, l'autre en Ontario.

Photo : Avec la permission de Brian Emblin

Preuve qu'il est facile de visiter ces deux lieux, Bill Steer et Brian Emblin les ont atteints en moins de 24 heures en mai dernier.

Quels sont les prochains plans pour les aventures suivantes de Brian Emblin? Celui-ci ne manque pas d’inspiration.

Il souhaite se rendre sur le site de l’écrasement de l’avion de la légende des Maple Leafs de Toronto, Bill Barilko, au nord de Cochrane.

J’ai essayé 5 fois d’y arriver, mais je n’ai pas encore réussi, lance Brian, qui aimerait aussi se rendre au centre géographique du Canada à Baker Lake, au Nunavut.

La section Commentaires est fermée

Les commentaires sont modérés et publiés du lundi au vendredi entre 6 h et 23 h 30 (heure de l’est).

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Infolettre ICI Ontario

Une fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité régionale.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre d’ICI Ontario.