•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Faculté de médecine de l’Université Laval s’associe avec Lyon

Une chercheuse travaille dans un laboratoire de recherche.

L'Université Laval s'associe à une université lyonnaise dans le domaine de la recherche sur les infections virales respiratoires.

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Radio-Canada

L’Université Laval annonce la création de son huitième laboratoire international associé (LIA), dont l’accent sera la recherche sur le traitement et la prévention des infections virales respiratoires.

En collaboration avec l’Université Claude Bernard Lyon 1, la création de ce laboratoire permettra d’augmenter la capacité de recherche, de faciliter la mobilité des chercheurs et de mettre en valeur la collaboration des deux universités.

Selon le codirecteur du Centre international de recherche en infectiologie à Lyon, Manuel Rosa-Calatrava, la pandémie de COVID-19 a mis en lumière le besoin d’accélérer la recherche dans le domaine des infections virales respiratoires.

L’une des missions du nouveau LIA sera notamment d’étudier les médicaments déjà existants qui ont le potentiel de traiter ces infections. Notre arsenal est aujourd'hui très limité et on a pu malheureusement s'en rendre compte lors de cet épisode de pandémie, commente le Dr Rosa-Calatrava, qui collabore déjà depuis une douzaine d’années avec l’Université Laval.

Maladies infantiles

Son vis-à-vis à Québec, le Dr Guy Boivin, a fait de la recherche sur les maladies respiratoires infantiles sa priorité. Il souligne que la création du nouveau laboratoire international paraît d’autant plus pertinente alors que le Québec est aux prises en ce moment même avec une épidémie de virus respiratoire syncytial qui cause la bronchiolite chez les jeunes enfants.

Un vaccin contre la bronchiolite, fruit d’une collaboration entre Lyon et Québec, est d’ailleurs en développement et devrait atteindre le stade des essais cliniques d’ici deux ans.

Dans le contexte mondial actuel, on travaille sur les bonnes choses, s’est réjoui le PDG du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Québec, Martin Beaumont. On travaille sur des projets qui vont créer de la valeur et qui vont avoir des impacts sur notre société autant sur la santé que sur le développement économique.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...