•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

25 ans après la tragédie des Éboulements, une messe pour clore un chapitre douloureux

Une église aux sièges remplis.

43 des 44 victimes de la tragédie du 13 octobre 1997 étaient originaires de Saint-Bernard, en Beauce.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Arsenault

Des messes commémoratives sont organisées tous les cinq ans depuis l'accident mortel qui a coûté la vie à 44 personnes aux Éboulements dans Charlevoix, le 13 octobre 1997. La cérémonie qui s'est déroulée dimanche à l'église de Saint-Bernard, en Beauce, vise à boucler la boucle sur ce terrible évènement qui a chaviré la petite municipalité.

Il y a 25 ans, un autocar de la compagnie Mercier transporte des membres du Club de l'âge d'or de Saint-Bernard vers L'Isle-aux-Coudres. Ils ne se rendront jamais à destination.

En raison d'une défaillance des freins, le véhicule plonge dans un ravin de 10 mètres.

L'autocar qui transportait 47 passagers à la suite de l'accident, au bas de la côte des Éboulements.

L'autocar qui transportait 47 passagers à la suite de l'accident, au bas de la côte des Éboulements.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Bilan : 44 morts, incluant le chauffeur André Desruisseaux, et quatre blessés.

Devant un parterre plein à craquer dimanche, 43 cierges brillaient à l'église de Saint-Bernard, en mémoire des 43 défunts du Club de l'âge d'or de la municipalité.

Une église remplie.

Les proches et familles des victimes ont rempli l'église de Saint-Bernard, en Beauce.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Arsenault

Après 25 ans. On continue de les aimer, explique le curé Marc-André Lachance.

M. Lachance n'est plus le curé de Saint-Bernard depuis bien des années. Mais on lui a demandé de revenir officier cette cérémonie en souvenir des victimes. C'est le sens des bougies allumées. Elles sont encore présentes dans nos cœurs et nos vies, illustre-t-il.

Dans une cérémonie d'un peu plus d'une heure, il a rendu hommage aux victimes de la pire tragédie routière de l'histoire du Canada.

Aujourd'hui, on veut faire mémoire. Non pas de l'accident, mais des personnes qu'on a aimées [qui] continuent de vivre en nous, a-t-il prononcé dans son homélie.

Dans l'assistance, des proches, des familles, filles, petits-fils, et arrière-petits-enfants des défunts.

Une municipalité éprouvée

Dans une municipalité de près de 2000 âmes, l'accident a laissé de profondes cicatrices.

Georgette Bilodeau a perdu 11 membres de sa famille dans l'accident, dont sa mère et son frère. Malgré les années, la douleur reste vive.

Je crois que c'est important de vivre ce qu'on vit. Je ne me sens pas comme j'étais avant, dit-elle.

« Je me sens vraiment comme une fille qui a perdu sa famille. Qui a perdu plein de gens de Saint-Bernard que je connaissais. »

— Une citation de  Georgette Bilodeau
Georgette Bilodeau dans une église.

Georgette Bilodeau est venue rendre hommage à ses défunts proches qui ont marqué sa vie.

Photo : Radio-Canada / Capture d'écran

Bedeau (employé de la paroisse) à l'époque, Michel Leblond peinait à croire l'horreur qui venait de frapper ses concitoyens. On était démolis. Sous le choc, dit-il.

Sur le lieu de l'accident, plusieurs croix sont érigées en hommage aux victimes de l'accident.

Sur le lieu de l'accident aux Éboulements, quelques croix ont été érigées en hommage aux victimes.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

On ne prenait pas conscience de ce qui nous arrivait. C'était la mort qu'on vivait dans notre paroisse. Du deuil et du deuil, ajoute-t-il.

L'ex-maire de Saint-Bernard, Liboire Lefebvre n'oubliera jamais ce jour funeste.

25 ans plus tard, la vie continue. Et comme on est courageux, il faut continuer, mentionne-t-il.

Il s'agit fort probablement de la dernière grande messe du genre organisée en mémoire des défunts dans une église, selon Marc-André Lachance. On veut laisser le temps faire son œuvre, l'heure est venue pour Saint-Bernard de tourner cette triste page d'histoire, dit-il.

Une cérémonie se tiendra jeudi prochain aux Éboulements, dans Charlevoix. Une minute de silence sera observée à 13 h 50, heure à laquelle le drame s'est produit.

Avec les informations de Louis-Philippe Arsenault et Flavie Sauvageau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !