•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le coaching vestimentaire pour réapprivoiser son corps... et le retour au bureau

Pascale Bérubé et Claudine Poulin regardent des vêtements dans un garde-robe.

Pascale Bérubé a fait appel au service de coaching vestimentaire de Claudine Poulin pour reprendre confiance en elle.

Photo : Radio-Canada / Lysbertte Cerne

Radio-Canada

Les deux années de pandémie n'ont pas été faciles et pour plusieurs, elles ont laissé des traces, notamment sur l'estime corporelle. Le retour au travail en présentiel peut d'ailleurs comporter des défis... d'ordre vestimentaire.

Les travailleurs qui ont été contraints d'adopter le télétravail et de limiter leurs échanges à un écran peuvent avoir à réapprivoiser leur corps. Cette étape peut s'avérer complexe pour certains, et particulièrement pour certaines femmes. À tel point que les services d'un coach vestimentaire à Rimouski connaissent un engouement depuis la rentrée.

Avec le retour des travailleurs au bureau, Claudine Poulin le constate : les sollicitations pour ses conseils sont en augmentation, si bien qu'elle a ouvert une boutique au centre-ville pour rendre ses conseils plus accessibles. Un service qu'elle estime moins futile qu'il n'y paraît.

« J'en ai qui arrivent vraiment désemparés... qui ne s'aiment pas. C'est plate à dire, mais il y en a beaucoup qui, de nos jours, ne s'aiment pas. »

— Une citation de  Claudine Poulin, coach vestimentaire

De s'habiller en mou pendant la pandémie, ça a beaucoup joué sur le psychologique. [J’accompagne] beaucoup de femmes qui sont déprimées... J'ai pas l'impression de travailler, quand j'ai des clientes comme ça : c'est vraiment pour ça que j'existe, affirme Mme Poulin.

Des vêtements étalés sur un lit.

Selon l'Institut national de santé publique, 45% de femmes et 40% d'hommes se disent préoccupés par leur estime corporelle depuis la pandémie, au Québec.

Photo : Radio-Canada

La Rimouskoise Pascale Bérubé a fait appel à ses services personnalisés pour renouveler son habillement. Pour elle, cette démarche est loin d'être, simplement, une affaire de mode.

Ça a été magique de rencontrer Claudine, raconte Mme Bérubé. Elle estime que les services de cette coach vestimentaire lui ont permis de reprendre confiance en elle.

« Ça m'a donné de l'assurance [pour] m'habiller le matin, être fière. Même si je travaille à la maison, je mets du beau linge, pour moi... Ça me fait du bien. »

— Une citation de  Pascale Bérubé
Claudine Poulin et Pascale Bérubé sortent des vêtements du garde-robe.

C'est le grand ménage d'automne dans la garde-robe de Pascale Bérubé.

Photo : Radio-Canada / Lysbertte Cerne

Si soigner son apparence peut aider à reprendre confiance en soi, l'apparence vestimentaire ne doit pas, malgré tout, prendre toute la place, rappelle Mélodie Bérubé-Leblanc, docteure en psychologie.

Si effectivement on donne trop de pouvoir à notre apparence, notre poids, pour ce qui est de notre valeur personnelle, malgré un relooking ou les efforts qu'on peut faire dans cette sphère-là, notre estime corporelle pourrait rester fragile, affirme Mme Bérubé-Leblanc.

Les femmes forment la majorité de la clientèle de la coach vestimentaire Claudine Poulin. Pourtant, selon l'Institut national de santé publique, au Québec, 45 % de femmes et 40 % d'hommes se disent préoccupés par leur estime corporelle depuis la pandémie.

D’après le reportage de Perrine Bullant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...