•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les élections municipales de Yellowknife attirent peu de candidates

La mairie de Yellowknife.

Les élections municipales de Yellowknife sont prévues le 17 octobre 2022.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Les élections municipales à Yellowknife sont prévues le 17 octobre, et 16 candidats se présentent pour obtenir l’un des huit sièges de conseillers. De ce nombre, seulement deux femmes sont dans la course, ce qui ramène à l'avant-plan la question de la parité des genres en politique.

L’une d’entre elles, Stacie Smith, se présente pour un second mandat.

La femme d’affaires a voulu se représenter pour faire entendre sa voix dans sa communauté. Elle espère aussi que sa candidature, et celle de Cat McGurg, seule autre femme dans la course, seront retenues pour que la voix des femmes soit entendue au prochain conseil municipal.

« C’est vraiment important pour les femmes de se faire entendre, car beaucoup de femmes avant nous se sont battues pour que nous puissions le faire. »

— Une citation de  Stacie Smith, conseillère sortante et candidate aux élections municipales de 2022

Toujours les mêmes barrières

La ministre de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest, Julie Green, a dirigé le Comité spécial pour accroître la représentation des femmes à l’Assemblée législative des T.N.-O., il y a quelques années.

Dans le rapport final présenté en 2019, le comité fait état des enjeux qui freinent potentiellement l’élan des femmes à faire carrière en politique : l'équilibre travail et famille, l’accès à des services de garde en milieu de travail et à des installations adaptées.

Je pense que ces barrières existent encore aujourd’hui, explique Julie Green.

La mairesse Rebecca Alty, réélue sans opposition, est du même avis. J’ai commencé à parler avec des femmes au début de l’année [...] et elles avaient de jeunes enfants et ne pensaient pas qu’elles pouvaient balancer la famille, le travail et le conseil municipal.

Rebecca Alty admet que l’horaire et le nombre de réunions, au nombre de six par mois et en soirée, peuvent en décourager certaines.

Rebecca Alty sourit pour la caméra devant une rue de Yellowknife. Elle porte un écusson de sa campagne.

La mairesse de Yellowknife, Rebecca Alty, compte inciter davantage de femmes à se lancer en politique municipale lors de son prochain mandat. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Pour la politicienne de carrière Wendy Bisaro, qui a servi durant deux mandats à l’Assemblée législative des T.N.-O., de 2007 à 2015, les femmes aiment peut-être moins la confrontation. La politique a un côté tranchant, dit-elle. Les femmes ne veulent pas nécessairement être confrontées, et la politique peut être conflictuelle.

L’intimidation en ligne, un fléau qui touche aussi les femmes du Nord

Un autre facteur qui pourrait inciter les femmes à se tenir loin de la scène publique est l’intimidation en ligne. La ministre Julie Green dit, par exemple, avoir été victime de commentaires haineux.

« Les femmes en prennent note et elles acceptent peut-être moins facilement que les hommes qu’on leur dise qu’elles n’ont pas leur place. »

— Une citation de  Julie Green, ministre de la Santé et des Services sociaux des T.N.-O.
La ministre Julie Green regarde la caméra, l'air sérieux.

La ministre de la Santé et des Services sociaux des Territoires du Nord-Ouest, Julie Green. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

L'ex-politicienne Wendy Bisaro trouve désolant ce mouvement de dénigrement qui touche plus particulièrement les femmes, entre autres sur leur apparence. Les femmes reçoivent ce genre de commentaires juste parce qu’elles sont des femmes.

Julie Green conseille aux femmes qui pensent se lancer en politique de se bâtir un réseau de soutien pour ne pas se laisser abattre par ce phénomène et par les défis importants qui se présentent en politique.

Des solutions à portée de main

Lors des élections territoriales de 2019, un nombre record de candidates se sont présentées, soit 20. Un total de neuf femmes ont été élues, une hausse de sept par rapport aux élections précédentes.

La campagne de marketing social Elles sont capables, et le programme de formation en leadership politique pour femmes, Campaign School for Women, auraient contribué à cette hausse du nombre de candidates, selon la ministre Green.

Julie Green croit qu’une meilleure communication sur le rôle de conseiller ou de député pourrait inciter davantage de femmes à faire le saut.

Rebecca Alty, de son côté, estime qu'offrir davantage de réunions municipales en format hybride, soit en personne et en ligne, aiderait les mères de jeunes enfants.

Ces solutions ne sont pas compliquées ou chères à mettre en place, selon Julie Green. Il suffit juste de prendre la décision de le faire.

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...