•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

31 arrestations pour menaces contre des élus lors de la campagne électorale au Québec

Une pancarte électorale a été endommagée volontairement.

Une affiche de la CAQ vandalisée lors de la dernière campagne électorale.

Photo : Radio-Canada / Julien Gagnon

Radio-Canada

Trente et une personnes ont été arrêtées pendant la campagne électorale, au Québec, à la suite de menaces proférées contre des candidats, a indiqué vendredi la Sûreté du Québec (SQ), confirmant des chiffres d'abord publiés par Noovo.

Globalement, 217 signalements ont été faits à la police au cours de la dernière campagne. De ceux-ci, plusieurs se sont avérés non fondés, ou non retenus puisqu'ils pouvaient représenter des propos désobligeants, mais non criminels, a expliqué à La Presse canadienne le porte-parole de la SQ, Nicolas Scholtus.

Parmi les dossiers fondés, on compte 66 infractions criminelles, dont 47 crimes contre la personne et 19 crimes contre la propriété.

D'autres arrestations pourraient être effectuées en raison des enquêtes qui se poursuivent, a souligné l’agent Scholtus.

La problématique des menaces proférées contre des candidats a occupé beaucoup d’espace au début de la dernière campagne électorale au Québec.

La députée libérale de Saint-Laurent, Marwah Rizqy, avait notamment reçu des menaces de mort, et de nombreux candidats ont vu leurs pancartes électorales vandalisées.

Le local électoral du député de Marquette, Enrico Ciccone, avait aussi été vandalisé et cambriolé.

En Estrie et au Centre-du-Québec, des candidats caquistes avaient également été victimes de menaces. Dans la circonscription d'Orford, Gilles Bélanger avait reçu une protection accrue de la SQ à la suite de certains événements. Quant à Éric Lefebvre, dans Arthabaska, une trentaine de voitures avaient scandé des messages insultants devant sa résidence.

La gravité et la fréquence des menaces avaient notamment incité le premier ministre sortant, François Legault, à mettre sur pied une ligne d'urgence pour les candidats.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !