•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lucienne Létourneau Bordeleau célèbre ses 100 ans à Amos

Lucienne Létourneau Bordeleau souffle les bougies du gâteau.

Les proches et les employés des Jardins du Patrimoine d'Amos ont célébré le 100e anniversaire de Lucienne Létourneau Bordeleau.

Photo : Gracieuseté : Jean-Pier Frigon

Née en 1922, Lucienne Létourneau Bordeleau a toujours vécu à Amos, où elle vient de célébrer son 100e anniversaire de naissance, le 4 octobre.

Oh mon Dieu, 100 ans! Je n’aurais jamais pensé ça. Je suis en train de battre le record de la famille. J’avais une tante, du côté de ma mère, de la famille Gagné, qui demeurait à Sainte-Germaine-Boulé et qui est décédée au mois d’avril. Elle devait avoir 100 ans en décembre, souligne celle qui a fêté ses 100 ans entourée de sa deuxième famille, les résidents et le personnel des Jardins du Patrimoine d’Amos, mardi.

Lucienne Létourneau Bordeleau n’a pas de secrets à divulguer expliquant l'atteinte de cet âge vénérable, elle qui est toujours assez autonome pour habiter aux Jardins du Patrimoine.

« Je vais vous le dire franchement : ça arrive comme ça. J’ai trouvé que c’était beaucoup plus difficile à 60 ans, avec des périodes d’arthrose cervicale. Aujourd’hui, je m’en vais la tête droite, j’ai des raideurs, mais ça ne me fait pas mal comme dans le temps. Ce n’est pas possible quand je pense à ça, je ne l’oublie pas. J’avais dans la soixantaine, c’est jeune… et je suis rendue à 100 ans! »

— Une citation de  Lucienne Létourneau Bordeleau
Lucienne Létouneau Bordeleau debout dans un salon.

Lucienne Létourneau Bordeleau dans son appartement des Jardins du Patrimoine, à Amos

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Toujours active

Elle n’a pas de secrets, mais Lucienne Létourneau Bordeleau a toujours été très active, ce qui a sûrement aidé un peu.

J’ai toujours aimé marcher. Si j’avais de la douleur, il fallait que je marche. C’est ce qui m’aidait. Encore aujourd’hui, quand j’ai des petites raideurs, je prends la porte. J’ai aussi fait beaucoup de ski de fond. J’étais une maniaque. Mon neveu a retrouvé une photo de moi avec madame Benoit (Thérèse) au ski de fond. J’avais 78 ans. On y allait quatre ou cinq fois par semaine. C’étaient des belles années, ça aussi, se souvient celle qui se déplace maintenant avec un déambulateur.

Mme Létourneau Bordeleau a aussi toujours stimulé sa mémoire et son esprit avec des passe-temps qu’elle n’a toutefois plus la capacité de réaliser.

Vieillir, ce n’est pas tout gai tout le temps. La lecture, le tricot, les casse-tête, on dirait qu’il y a une coupure qui s’est faite tout d’un coup. Là, je me contente de faire des mots détente. C’est au moins ça, j’essaie de travailler un peu ma petite tête. C’est dommage, mais c’est comme ça, reconnaît-elle.

Lucienne Létourneau Bordeleau est entourée de 15 personnes devant un gâteau et des ballons pour souligner son 100e anniversaire.

Lucienne Létourneau Bordeleau entourée des membres du personnel à l'occasion de son anniversaire, aux Jardins du Patrimoine d'Amos.

Photo : Gracieuseté : Jean-Pier Frigon

À Amos depuis 100 ans

La ville d'Amos avait à peine huit ans quand Lucienne Létourneau Bordeleau est née. Son père, Ernest Létourneau, est venu de Saint-Paul-du-Buton pour travailler dans les moulins à scie. Avec son épouse Lydia Gagné, il a fondé une famille de 14 enfants, sur la 4e Rue Ouest, en haut de la côte du Queen. Il reste à la nouvelle centenaire seulement une sœur, âgée de 88 ans.

J’ai quatre frères avant moi, et j’étais la plus vieille des filles, indique Lucienne Létourneau Bordeleau. Je ne suis pas allée aux études très longtemps, mais j’ai quand même eu une vie assez remplie, relate celle qui est impressionnée de voir que là où il y avait jadis des fermes ou des boisés, des quartiers entiers se sont développés.

De son enfance, elle se souvient surtout d’avoir appris à patiner sur l’Harricana et d’avoir glissé dans la côte du Queen. À 23 ans, elle s’est mariée avec Freddy Bordeleau, son compagnon de vie jusqu’à son décès en 2003, à l’âge de 84 ans.

Ensemble, ils ont eu quatre enfants : Louise, Pierre, Robert et Ghislaine, encore tous en vie, qui lui ont donné cinq petits-enfants et onze arrière-petits-enfants. C’est avec eux qu’elle fêtera de nouveau son anniversaire la semaine prochaine.

Lucienne Létourneau Bordeleau debout tout près de Thérèse Benoit.

Lucienne Létourneau Bordeleau en compagnie de sa bonne amie Thérèse Benoit

Photo : Gracieuseté : Suzane Benoit

Accompagner les malades

Son mari Freddy était chauffeur de taxi. Il lui arrivait de conduire des patients de l’hôpital jusqu’à Val-d’Or pour prendre l’avion. Lucienne Létourneau Bordeleau les a souvent accompagnés, profitant parfois du voyage pour visiter l’un de ses fils, qui étudiait à Montréal.

Une implication qui s’est poursuivie à l’hôpital d’Amos au sein des auxiliaires bénévoles, avec sa bonne amie Thérèse Benoit, qui a aussi été sa compagne de marche et de ski fond. Les deux dames partagent d'ailleurs encore le repas tous les jours aux Jardins du Patrimoine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !