•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Santé Canada approuve le vaccin de Pfizer contre deux sous-variants d’Omicron

Une infirmière tient une seringue dans ses mains et extrait du liquide d'une petite fiole.

Les Canadiens de 12 ans et plus peuvent désormais recevoir le vaccin.

Photo : CBC News / Evan Mitsui

Radio-Canada

Les Canadiens âgés de 12 ans et plus peuvent désormais recevoir en rappel le vaccin de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 qui cible les sous-variants BA.4 et BA.5 d'Omicron, annonce Santé Canada.

Aujourd'hui, nous franchissons une étape importante additionnelle dans le déploiement des vaccins contre la COVID-19, a déclaré en point de presse vendredi le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos.

L'homologation de Santé Canada signifie que le vaccin peut être administré de trois à six mois après une deuxième dose de la série de vaccins primaires ou après la dose de rappel la plus récente.

« Avec l'arrivée de l'automne et des temps plus froids, rester à jour avec sa vaccination, y compris avec des doses de rappel, est encore plus important pour se protéger, pour protéger ses proches et les personnes vulnérables qui vivent près de nous, ainsi que de protéger nos travailleurs de la santé. »

— Une citation de  Jean-Yves Duclos, ministre fédéral de la Santé

Il s'agit du deuxième vaccin bivalent à avoir reçu le feu vert de l'équipe d'examen des vaccins de Santé Canada, mais le premier qui cible les souches virales les plus courantes au Canada.

Approuvé il y a cinq semaines, le vaccin bivalent de Moderna cible le virus d'origine et le premier variant d'Omicron, tandis que le vaccin Pfizer autorisé vendredi s'attaque aux sous-variants BA.4 et BA.5 d'Omicron.

Or, selon Santé Canada, 88 % des cas de COVID-19 identifiés à la mi-septembre étaient de souche BA.5 et 9 % de souche BA.4.

En point de presse vendredi, la Dre Theresa Tam, l'administratrice en chef de la santé publique du Canada, a rappelé qu'un tel vaccin était nécessaire pour immuniser la population à l'approche de l'hiver.

On sait que l'immunité acquise à la suite de la vaccination ou d'une infection diminue avec le temps, a-t-elle dit. Par conséquent, le comité consultatif national de l'immunisation recommande de recevoir une dose de rappel six mois après une dose antérieure ou une infection pour bénéficier d'une immunisation à jour.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !