•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La seule clinique médicale sans rendez-vous de Warman suspend temporairement ce service

Une personne en blouse et portant un stéthoscope et un stylo.

La seule clinique médicale de Warman doit interrompre ses services sans rendez-vous en raison du manque de médecins et du harcèlement verbal que subit son personnel.

Photo : ISTOCK / SQUAREDPIXELS

Radio-Canada

La clinique Legends Medical Clinic de Warman, située à environ 20 km au nord-est de Saskatoon, a annoncé la suspension de ses services sans rendez-vous pour les patients, dans un message sur les réseaux sociaux publié le 5 octobre. La clinique invoque le manque de médecins qui entraîne des temps d'attente plus longs et le harcèlement verbal que subit son personnel.

Selon le pharmacien et copropriétaire de Legends Medical Clinic et Legends Pharmacy à Warman, Glenn Murray, cette interruption devrait durer au moins deux semaines, et ce, à compter du 11 octobre.

Ce n'est pas une chose que nous voulons faire, mais nous sentons que nous devons le faire, déclare-t-il.

Il dit que le mauvais traitement du personnel et des médecins dépasse tout ce qu'il a vu au cours de ses 22 années de carrière.

« Nous avons même vu quelqu'un arracher des affiches des murs en sortant parce que l'attente allait durer quatre heures et demie ou cinq heures. »

— Une citation de  Glenn Murray, copropriétaire de legends Medical Clinic

Glenn Murray explique que cette situation peut se produire plusieurs fois par jour parce que les patients perdent parfois leur sang-froid. La pénurie de médecins entraîne des temps d'attente excessifs à la clinique, qui ouvre à 9 h.

« Chaque jour, à 10 h, le temps d'attente est de deux à trois heures, et la clinique doit souvent fermer ses portes à midi ou à 13 h en raison des limites de capacité. »

— Une citation de  Glenn Murray, copropriétaire de Legends Medical Clinic

Inquiétudes des résidents

Nos médecins comprennent la frustration. Les gens perdent leur médecin de famille, ne peuvent pas consulter un médecin... Mais on ne peut pas s'en prendre au personnel de la clinique ou aux médecins qui reçoivent sans rendez-vous et font de leur mieux, dit Glenn Murray.

Sa clinique médicale est le seul établissement qui offre des services de santé sans rendez-vous dans la municipalité de Warman, qui compte environ 12 400 habitants, alors qu'il y en avait 4800 en 2006.

Jenn Zanidean est l'une de ces résidentes de Warman qui, il y a environ six mois, a perdu son médecin de famille.

Elle déplore la décision de suspendre les services, même si elle comprend les motivations de la clinique.

« C'est vraiment frustrant et décevant de savoir à quel point nous avons besoin qu'ils restent ouverts, mais d'un autre point de vue, je suis plus dégoûtée par le fait qu'il ait fallu autant de temps pour que notre gouvernement fasse quelque chose à ce sujet. »

— Une citation de  Jenn Zanidean, résidente de Warman

Jenn Zanidean précise qu'elle a dû se rendre à Saskatoon pour sa fille qui a eu des fractures à plusieurs reprises.

Elle comprend que des dirigeants comme le premier ministre Scott Moe ont énormément de responsabilités, mais elle aimerait qu'ils accordent une plus grande priorité à la pénurie de médecins.

Elle craint que, si la tendance se poursuit, les médecins ne soient de plus en plus épuisés et qu'il n'y ait plus d'endroit où aller pour obtenir des soins de santé.

Crainte de départ de médecins et de recrutement de personnel

Glenn Murray estime qu'environ 70 à 80 % des personnes qui se présentent sans rendez-vous ne sont pas de la région.

Selon lui, les maux dont souffrent les patients ne correspondent souvent pas aux demandes de consultation habituelles comme de l'angine streptococcique et des infections de l'oreille.

Il donne l'exemple d'un nourrisson de 75 jours souffrant de multiples problèmes de santé. Le médecin qui l'a reçu a dû consacrer deux heures pour le traiter.

Ce n'est pas très propice à des prestations de santé de qualité, dit Glenn Murray.

Glenn Murray craint que la situation n'entraîne un exode des médecins, comme cela a été le cas en 2016, quand quatre des cinq médecins de la ville sont partis.

« Soyons clair : ce n'est pas nouveau, mais cela a explosé au point où ce n'est plus tenable, les médecins vont s'épuiser. »

— Une citation de  Glenn Murray, copropriétaire de Legends Medical Clinic

Warman est connue comme l'une des villes à la croissance la plus rapide de la province, rivalisant avec Martensville, à environ 10 km au sud-ouest de la ville.

Des pistes de solutions

Glenn Murray dit qu'il a transmis au maire Gary Philipchuk et au député provincial de Warman-Martensville, Terry Jenson, ses craintes concernant la fermeture temporaire.

Dans un courriel adressé à CBC/Radio-Canada, M. Philipchuk a déclaré qu'il n'avait pas reçu de messages concernant la fermeture de la clinique. Il précise toutefois qu'il continue à faire des démarches, car la santé est une responsabilité provinciale.

Dans un courriel, le ministère de la Santé de la Saskatchewan a déclaré que Warman et Martensville ont toujours eu des difficultés à recruter et à conserver des médecins de famille.

La province s'est récemment engagée à prendre en charge le financement de trois infirmières praticiennes pour Warman, et de trois autres, pour Martensville. L'Autorité de la santé de la Saskatchewan fournira bientôt des services d'infirmières praticiennes dans ces communautés pour aider à répondre aux besoins en matière de soins de santé primaires, indique le courriel.

Avec les informations de Dayne Patterson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !