•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pertes commerciales liées à Fiona s’accumulent au Cap-Breton

Alisha Barron devant ses peinture pour céramique.

Alisha Barron est la propriétaire de Fired Creations, un café céramique à Sydney, en Nouvelle-Écosse, qui a perdu beaucoup d’argent depuis le passage de Fiona.

Photo : Radio-Canada / Erin Pottie

Radio-Canada

Les propriétaires d'entreprises du Cap-Breton font un premier bilan économique difficile après le passage de la tempête post-tropicale Fiona.

Les chiffres préliminaires montrent que les dommages matériels et les pertes de revenus à cause des pertes de ventes vont coûter à l'île des dizaines de millions de dollars.

Alisha Barron est propriétaire de Fired Creations, un café céramique à Sydney, en Nouvelle-Écosse, qui a perdu plusieurs milliers de dollars à cause d’une panne de courant qui a duré une semaine.

C'est habituellement un bon moment pour générer des revenus et se préparer pour notre saison touristique occupée, dit-elle. C'était donc une grosse perte pour nous.

Elle se considère quand même chanceuse quand elle se compare à d’autres entreprises. Au moins, il n'y a pas eu de dommage matériel dans son atelier et les génératrices de secours ont empêché la nourriture dans ses réfrigérateurs et congélateurs de se gâter.

Toutes les entreprises ne s’en tirent pas si bien.

Le soldat retire une branche d'arbre de la rue.

Le caporal Owen Donovan des Highlanders du Cap-Breton retire des débris d'arbres renversés par la tempête Fiona avec les conseils d'employés de l'entreprise Nova Scotia Power à Glace Bay, en Nouvelle-Écosse, le 26 septembre 2022.

Photo : La Presse canadienne / Vaughan Merchant

Mitch Raymond est vice-président pour la Nouvelle-Écosse des Manufacturiers et Exportateurs du Canada (MEC).

Il dit que l’organisme recueille en ce moment des données qui montrent des dommages extraordinaires au Cap-Breton et dans le comté de Pictou.

En date du 5 octobre, 151 entreprises avaient partagé leurs données et elles ont rapporté environ 42 millions $ de pertes jugées non assurables.

On parle de centaines de millions en termes d'impact à travers la province, croit Mitch Raymond. Mais il est encore trop tôt pour vraiment obtenir un chiffre ferme.

L'homme est assis devant une affiche de l'organisme.

Tyler Mattheis est président et chef de la direction de Cape Breton Partnership, un organisme privé de développement économique.

Photo : Gracieuseté : Tyler Mattheis

Tyler Mattheis, qui est président et chef de la direction du groupe de développement économique Cape Breton Partnership, précise que certains secteurs sont plus touchés que d'autres.

C’est le cas pour le commerce de détail, la pêche et l'hébergement touristique.

Le simple fait de ne pas avoir de ventes pendant une semaine est un gros problème pour certains commerçants en plus des dommages majeurs, dit-il.

Octobre est habituellement un grand mois pour les affaires au Cap-Breton avec l'arrivée des touristes pour participer au Festival international des couleurs celtiques, qui débute vendredi.

Tyler Mattheis croit que certains propriétaires d'entreprise qui sont encore en plein nettoyage vont probablement perdre des ventes automnales importantes qui les aident généralement à faire face aux périodes plus lentes de l'année.

Les informations recueillies dans le cadre de l'enquête en cours vont aider les gouvernements à décider où les fonds de secours doivent aller.

Avec les informations de Erin Pottie de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !