•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dossiers de Hockey Canada et du mot-clic misogyne : Alain Rayes réclame des démissions

Un homme, debout à la Chambre des communes, à Ottawa, parle devant des parlementaires.

Le député indépendant Alain Rayes a pris la parole jeudi à la Chambre des communes au sujet de Hockey Canada (archives).

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Radio-Canada

Que ce soit dans le dossier de Hockey Canada ou de l’utilisation d’un mot-clic misogyne par l’équipe du nouveau chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, le député indépendant de Richmond-Arthabaska réclame des départs.

Alain Rayes est intervenu jeudi à la Chambre des communes pour demander que le premier ministre demande officiellement aux dirigeants et administrateurs de Hockey Canada de démissionner pour permettre le début d’un changement réel de culture dans cette organisation.

Autant le premier ministre que la ministre des Sports réclament des changements. Je ne sais pas ce que l'on peut dire d'autre, sauf qu'on a perdu confiance en Hockey Canada. Il est temps que [ses dirigeants] partent! a déclaré Justin Trudeau jeudi.

Selon moi ce n’est qu’une question de temps avant que tout cela saute, a déclaré Alain Rayes en entrevue à l’émission En direct. Il doute que les gens en place actuellement puissent eux-mêmes changer la culture qu'ils ont créée.

Mot-clic interpellant les mouvements misogynes

Les vidéos de Pierre Poilievre comprenaient jusqu'à tout récemment un mot-clic caché faisant référence à des mouvements misogynes. L'ancien député conservateur Alain Rayes juge que c’est inacceptable.

Il ne croit pas que la directive vienne directement de Pierre Poilievre, mais il croit que le chef doit prendre des mesures.

Le minimum qu’il devra faire, c’est faire preuve de leadership, c’est de congédier la personne qui continuait cette technique-là de nourrir ces groupes qui sont misogynes dangereux pour la société qui [braquent] les hommes contre les femmes, a-t-il expliqué au micro d’Anne-Marie Lemay.

« Il y a du ménage à faire dans ce parti-là s’il veut penser gouverner un jour. »

— Une citation de  Alain Rayes, député de Richmond-Arthabaska

Le député indépendant ajoute qu’il y a vraiment un changement qui doit être fait et des exemples qui doivent être donnés de sa part et, s’il est sincère, il ne doit pas juste dire qu’il n’est pas misogyne, [...] il doit se dissocier de tout individu qui nourrit cette culture-là à l’intérieur du Parti conservateur.

Alain Rayes a décidé de quitter le Parti conservateur du Canada à la suite de l’élection de Pierre Poilievre à la tête de la formation politique. Il explique que la mise au jour de cette pratique ne fait que confirmer qu’il a fait le bon choix.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !