•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Que proposent les aspirants maires d’Ottawa en matière de francophonie?

 Bob Chiarelli (gauche), Catherine McKenney et Mark Sutcliffe

Trois des 14 candidats à la mairie d'Ottawa, soit Bob Chiarelli (gauche), Catherine McKenney et Mark Sutcliffe (droite).

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Déjà identifié comme étant l’allié de certains francophones d’Ottawa, le candidat Mark Sutcliffe promet d’être « le champion des francophones » s'il est élu. Bob Chiarelli propose de son côté de faire d'Ottawa une ville officiellement bilingue, une mesure qu'appuie Catherine McKenney qui aspire également à la mairie.

Sutcliffe : renforcer la politique sur le bilinguisme

M. Sutcliffe est l’un des 14 candidats qui tentent de succéder à Jim Watson à la mairie d’Ottawa. La décision est entre les mains des électeurs, qui sont conviés aux urnes le 24 octobre.

Si élu, il s’est engagé à s’assurer que les enjeux qui touchent les francophones de la ville d’Ottawa soient abordés, promet celui dans sa plateforme francophone intitulée Hello Bonjour dévoilée vendredi.

Mark Sutcliffe, qui a fait carrière dans le monde des médias, estime que le bilinguisme à Ottawa est un pilier économique et culturel pour notre ville et un élément fondamental de notre identité, a dit celui qui est en mesure de livrer une entrevue en français à la télévision de Radio-Canada.

Selon lui, la communauté francophone est forte et dynamique. Il dit également être fier qu’Ottawa soit la seule capitale d’un pays du G7 qui soit bilingue.

Mark Sutcliffe prend la pose devant des arbres aux couleurs d'automne.

Mark Sutcliffe souhaite accéder à l'hôtel de ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Frederic Pepin

Mark Sutcliffe a soumis 12 mesures afin de soutenir les francophones et les services francophones de la capitale nationale. En voici quelques exemples :

  • Affirmer et travailler à renforcer la politique de bilinguisme de la ville qui indique que « la Ville d'Ottawa reconnaît les deux langues officielles comme ayant les mêmes droits, statuts et privilèges »;
  • Augmenter le nombre de programmes récréatifs offerts en français, qui sont souvent en forte demande et remplis;
  • S’assurer que les résidents d'Ottawa aient accès à un service à la clientèle en français lorsqu'ils utilisent les services de première ligne de la Ville d'Ottawa.

Source : Plateforme de Mark Sutcliffe

Chiarelli : Ottawa, ville bilingue

L'ancien maire Bob Chiarelli propose quant à lui qu'Ottawa soit officiellement reconnue comme étant une ville bilingue.

Il faut que ce soit plus qu'un simple geste symbolique ou une séance de photos. Il doit s'agir plutôt d'une reconnaissance significative de l'une des langues fondatrices du pays, explique-t-il par voie de communiqué.

En entrevue avec Radio-Canada, le candidat explique que ce n'est pas parce que les services sont mauvais, mais plutôt pour envoyer un message clair qu'Ottawa est bilingue.

Bob Chiarelli en entrevue.

Bob Chiarelli a été maire d'Ottawa entre 2000 et 2006.

Photo : Radio-Canada / Kate Porter

Le service et la réalité bilingue dans la ville d'Ottawa sont excellents, insiste-t-il. Mais celui-ci souhaite que le nouveau conseil municipal demande aux gouvernements fédéral et provincial à ce qu'Ottawa obtienne la désignation de ville bilingue.

« Nous devrions être fiers d'être une ville bilingue. La langue française fait partie de notre histoire. »

— Une citation de  Bob Chiarelli, candidat à la mairie d'Ottawa

McKenney : améliorer les services

De son côté, Catherine McKenney, qui représente les résidents de Somerset, est également en faveur de l'offialisation de bilinguisme dans la capitale.

Or, Catherine McKenney souhaite rendre les services municipaux en français plus accessibles et lancer une évaluation de ceux-ci en collaboration avec des organismes communautaires.

Cette étude se penchera, entre autres, sur les cours et activités de la Ville et les appels au 311.

Catherine McKenney devant l'hôtel de Ville

Catherine McKenney dit soutenir le bilinguisme officiel de la ville d'Ottawa.

Photo : Radio-Canada / Jean Delisle

Je reconnais qu’Ottawa est une ville où il peut être difficile de faire sa vie et de recevoir des services en français. Sachez que je vous appuie dans la lutte pour le maintien de votre langue et de votre culture. Je crois fortement qu’Ottawa, c’est votre place, avait écrit Catherine McKenney le 25 septembre à l'occasion de lors de la Journée des Franco-Ontariens et des Franco-Ontariennes.

Avec les informations de Frédéric Pepin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !