•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une garderie de Fall River en N.-É. fermera pour de bon le mois prochain

Des enfants du centre jouent dans la cour.

Environ deux douzaines d'enfants auront besoin d'une nouvelle garderie lorsque celle de Fall River fermera le mois prochain.

Photo : Radio-Canada / Gracieuseté : Lindsay Awalt

Radio-Canada

Une garderie à Fall River, en Nouvelle-Écosse, ferme ses portes en novembre et une copropriétaire prédit que d'autres établissements privés suivront.

Je connais des centres privés qui ont du mal à garder leurs portes ouvertes, et je pense que nous verrons de plus en plus de centres privés fermés au cours des prochains mois, affirme Lindsay Awalt, copropriétaire de Fall River Childcare Centre.

Deux douzaines d'enfants se retrouveront sans garderie lorsque son entreprise fermera le 4 novembre.

Elle a plusieurs raisons pour mettre fin à son service de garde. D’abord le manque de soutien gouvernemental et la baisse des revenus à cause d'une limite provinciale sur l'augmentation des frais aux parents depuis 2016.

Elle est aussi très frustrée par le manque d'employé former en éducation d'éducateur et d'éducatrice de la petite enfance (EPE) qui s’explique à son avis par les bas salaires.

En ce moment, je paie tous mes EPE au-dessus du plancher salarial, mais ça réduit le résultat net de nos budgets, dit Lindsay Awalt.

La Nouvelle-Écosse a signé l'an dernier un accord de 605 millions $ avec le gouvernement fédéral dans le but d'augmenter les salaires des éducateurs de la petite enfance à partir de cet automne et d'ajouter plus de places en garderie dans toute la province.

Une affiche disant au premier ministre Tim Houston qu'il y a une crise dans les garderies en Nouvelle-Écosse.

Des gens s'organisent pour interpeller le gouvernement provincial sur la situation des garderies.

Photo : Radio-Canada / Rebecca Martel

Le but est d’arriver à des frais de garderies moyens de 10 $ par jour par enfant d'ici 2026.

La ministre de l'Éducation, Becky Druhan, dit que l'augmentation promise depuis longtemps pour les EPE aura lieu cet automne.

Des parents anxieux

Cindy Duggans envoie son fils de trois ans au centre depuis un an et dit qu'elle s'inquiète non seulement de trouver d'autres services de garde, mais aussi de son bien-être. C'est qu'il va à la garderie avec le fils de sa meilleure amie, un autre petit garçon né à deux semaines d'écart.

C'est le plus grand défi et le plus gros problème pour nous, les parents, c'est de séparer les enfants, il n'y a aucun moyen qu'ils puissent aller tous au même endroit et c'est ce qui nous dérange, dit-elle.

Nous avons déployé des efforts considérables avec notre fils juste pour l'aider à gérer ces changements, et maintenant recevoir des nouvelles qu'il va avoir un énorme bouleversement dans sa vie c’est bouleversant pour mon mari et moi.

Linday Awalt dit que le centre ne peut tout simplement pas se permettre de rester ouvert plus longtemps tout en fonctionnant avec un déficit où les propriétaires et les exploitants, qui travaillent à la garderie, ne sont pas payé .

Une affiche de la garderie sur une clôture en bois.

Les propriétaires du centre disent qu'il fermera en novembre.

Photo : Gracieuseté : Lindsay Awalt

La garderie anciennement connue sous le nom de Mrs Robinson's Childrens Centre Too, existe depuis 12 ans.

Le centre est en difficulté depuis l'année dernière lorsqu'il s'est vu refuser un permis pour garder les enfants âgés de 18 mois à 12 ans. Bien que le centre ait récemment obtenu ce permis, c'est trop peu, trop tard, selon Lindsay Await.

Nous perdions environ 10 000 $ par mois à cause du faible taux d'inscription, car nous devions nous débarrasser des familles qui ne convenaient pas au permis, dit-elle. Nous ne pouvons pas vraiment nous rattraper maintenant.

Avec les informations de Feleshia Chandler de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !