•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une policière d’Ottawa plaide coupable d’inconduite pour un don au convoi des camionneurs

Le poste de police d'Ottawa.

L'un des dons a été fait le lendemain de la déclaration, par le chef de police, d’occupation illégale des rues de la ville (archives).

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Radio-Canada

Une policière d’Ottawa qui a fait deux dons en argent au convoi des camionneurs, y compris au lendemain de la déclaration d’occupation illégale des rues de la ville par le chef de police, a plaidé coupable d’inconduite.

Kristina Neilson a plaidé coupable jeudi matin à un seul chef de conduite déshonorante en vertu de la Loi sur les services policiers pour avoir donné de l'argent au convoi le 5 février.

À ce jour, elle est la seule personne membre de la police d'Ottawa à avoir fait l'objet de poursuites officielles pour sa participation au convoi.

Selon la déclaration commune des faits de l'affaire, Mme Neilson a d'abord fait un don au convoi le 23 janvier, soit le lendemain du jour où des centaines de véhicules ont voyagé depuis tout le Canada pour converger vers la capitale nationale.

Mme Neilson a fait don de 55 $ sur GoFundMe, l'une des nombreuses plateformes de collecte en ligne que les organisateurs du convoi utilisaient pour amasser des fonds.

Le 4 février, GoFundMe a décrit le convoi comme [étant] une occupation, a rappelé la procureure dans le dossier, Angela Stewart, et la plateforme a considéré qu’une telle occupation violait ses conditions de service. L'argent a donc été gelé ou remboursé.

En réponse, d'autres collectes de fonds en lien avec le convoi sont apparues, dont une sur GiveSendGo, à laquelle Mme Neilson a fait un don de 55 $ le 5 février.

« Elle a fait demi-tour et a redonné l'argent à une autre plateforme de collecte de fonds dès qu'elle a obtenu un remboursement. »

— Une citation de  Angela Stewart, procureure

L'unité d'inconduite du Service de police d'Ottawa a été alertée du don de Kristina Neilson et a commencé sa propre enquête. La policière a elle-même admis avoir fait les deux dons lors de son entretien avec les enquêteurs.

Un homme avec un chandail et un drapeau du Canada au coeur du convoi.

Le convoi des camionneurs a paralysé le centre-ville d'Ottawa pendant plusieurs semaines (archives).

Photo : Getty Images / Spencer Platt

Conséquences financières

Dans une soumission conjointe, la défense et l'accusation demandent à la policière de renoncer à 40 heures de salaire et de participer à un volet de justice réparatrice.

Ce dernier, s'il est exécuté comme prévu, verra des membres de la communauté d'Ottawa rencontrer l'agente et lui expliquer comment ses actions les ont affectés, ainsi que les services qu'ils fournissent.

C'est une situation inédite, mais qui appelle une condamnation sérieuse de la conduite, a soutenu Angela Stewart.

La procureure a énuméré des cas pertinents de policiers qui ont fait l'objet de mesures disciplinaires pour avoir fait des erreurs de jugement hors de leurs heures de travail, mais elle a qualifié cette affaire de sans précédent.

Mme Neilson n'a aucun antécédent d'inconduite policière. Elle a déclaré à l'audience qu'elle n'avait rien à dire pour le moment.

Une décision écrite sera publiée dans l'affaire à une date indéterminée.

Avec les informations de Shaamini Yogaretnam, de CBC News

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.