•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Raconter la guerre en Ukraine avec des photos

Des photos accrochées sur un mur.

L'exposition Ukraine, témoigner pour ne pas oublier est présentée à la Pulperie de Chicoutimi jusqu'au 30 octobre.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Radio-Canada

Il existe plusieurs façons de raconter les horreurs qu’entraîne une guerre. Mais encore en 2022, la photographie demeure une arme puissante pour montrer le vrai visage des conflits.

C’est justement ce que propose l’exposition Ukraine, témoigner pour ne pas oublier, qui est présentée jusqu’au 30 octobre à la Pulperie de Chicoutimi à l'occasion du Zoom photo festival Saguenay.

Elle comprend une quarantaine d'images puissantes réalisées à la suite de l’invasion russe, qui sont l’oeuvre de 13 photographes.

Les images ont été sélectionnées personnellement par les photographes et sont présentées avec les légendes qu'ils ont écrites. Alors, c'est ce que les photographes voulaient le plus partager avec les gens, a exprimé depuis l’Ukraine le photographe indépendant Brendan Hoffman, lorsque joint par Radio-Canada.

Quatre photos encadrées sur un mur.

Ces quatre photos ont été prises sur le terrain en Ukraine par le photographe américain Brendan Hoffman.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

Brendan Hoffman expose quatre photos dans l'exposition. Américain, il habite à Kiev depuis plusieurs années. Il croit qu'il est impératif de maintenir l'attention du monde sur le conflit, même s'il s'enlise. Il espère que son travail et celui de ses confrères feront une différence à petite échelle.

Je ne sors pas tous les jours pour prendre des photos en me disant que chacune d'elles va changer le monde, mais je pense que nous créons des documents importants pour l'histoire. Je pense aussi que c'est important parce que j'espère que c'est la dernière fois que le monde vit une situation comme ça, a-t-il ajouté.

Un homme parle par vidéoconférence.

Le photographe indépendant Brendan Hoffman a accordé une entrevue depuis l'Ukraine.

Photo : Radio-Canada

Aider les familles

C'est la première fois que l'exposition est présentée. Elle poursuit deux objectifs bien précis.

Le but de l'exposition, c'est de sensibiliser les gens à ce qui se passe en Ukraine, bien entendu, mais aussi, pour amasser des fonds pour les familles ukrainiennes qui sont venues s'installer ici dans la région, a précisé Michel Tremblay, directeur général et artistique ainsi que fondateur du festival de photojournalisme.

Ainsi, une boîte a été installée à l'entrée et les gens pourront y faire un don s'ils le désirent. L'argent sera remis à la paroisse Saint-Dominique, qui soutient des familles ukrainiennes.

Une photographie de réfugiés ukrainiens.

Différents photographes ont accepté de fournir gratuitement leurs photos pour cette occasion spéciale.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

C'est sûr que plus il va y avoir d'argent, plus on va pouvoir aider. C'est vraiment encore une belle initiative qui s'ajoute à toutes les autres qui se sont greffées à notre campagne de financement jusqu'à maintenant, s’est réjoui Gaston Drolet, coordonnateur à l’équipe pastorale de Jonquière.

Le directeur général du festival espère que l'initiative fera boule de neige et que les photos seront présentées ailleurs.

On espère peut-être que si elle peut tourner pour lever des fonds pour d'autres places, bien ce serait super intéressant, a conclu Michel Tremblay, qui est également photographe au Quotidien.

Des photographies dans une salle d'exposition.

Le 13e Zoom photo festival Saguenay a débuté jeudi et prendra fin le 30 octobre.

Photo : Radio-Canada / Mireille Chayer

D’après un reportage de Mireille Chayer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !