•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Taux de diplomation sur la Côte-Nord : toujours plus faible que la moyenne provinciale

Un enseignant est assis sur son bureau et montre des choses au tableau. Des élèves sont assis en classe et écoutent.

Le taux de décrochage moyen pour l'année scolaire 2019-2020 au Québec est de 13,5 % (archives).

Photo : iStock / skynesher

Radio-Canada

Publiées plus tôt en septembre, les données au sujet du taux de diplomation au Québec montrent qu’un écart persiste toujours entre les moyennes nord-côtière et provinciale.

Malgré une tendance à la hausse depuis 10 ans, le taux de diplomation sur la Côte-Nord reste inférieur à celui de la province. Pour la cohorte 2016, le taux moyen pour la région, 69,3 %, connaît un écart de plus de 7 points de pourcentage avec celui de la province, qui atteint 77 %.

Taux de diplomation pour la Côte-Nord

Cohorte

5 ans

6 ans

7 ans

Année 2016

69,3%*

NA

NA

Année 2015

69,8%

76,3%

NA

Année 2014

65,3%

71,6%

74,9%

L'écart est d’autant plus grand si l'on observe la différence entre les filles et les garçons.

En prenant l’exemple de la cohorte de 2016 après 5 ans, 62,2 % des garçons de la Côte-Nord ont obtenu un diplôme, contre 71,5 % à l’échelle provinciale. Un écart de près de 10 points de pourcentage les sépare. Pour les filles, le taux de diplomation est de 76,9 % sur la Côte-Nord, contrairement à 82,8 % à l’échelle provinciale.

Taux de diplomation au Québec

Cohorte

5 ans

6 ans

7 ans

Année 2016

77%*

NA

NA

Année 2015

76,2%

81,9%

NA

Année 2014

72,2%

79,1%

82,1%

Égide Royer, psychologue et professeur associé à l’Université Laval et spécialisé sur la question de la réussite scolaire des jeunes en difficulté, précise que le problème de sous-scolarisation des garçons touche effectivement toute la province.

Il y a une sous-scolarisation des garçons au Québec. Le taux d’accès au collégial pour les garçons, c’est 56 %, et celui des filles, c’est 75 %. [...] C’est vrai chez vous, mais c’est vrai pour l’ensemble de la province, souligne-t-il.

Richard Poirier, directeur général du Centre de services scolaires du Fer, tient tout de même à souligner l’amélioration de la région lorsqu’on prend les statistiques à plus long terme. On a quand même eu une progression de 7 % de la diplomation-qualification de nos élèves sur 10 ans. [...] Donc il s’est fait du chemin.

Des explications multifactorielles

Toujours selon Égide Royer, plusieurs facteurs entrent en jeu lorsqu’on aborde la question de la réussite scolaire.

« Plus le taux de chômage est bas, plus on a tendance à avoir des jeunes qui ne complètent pas jusqu’au diplôme. Et ça, on le voit beaucoup dans des secteurs miniers comme le vôtre. »

— Une citation de  Égide Royer, psychologue et professeur associé à l’Université Laval

Spécifiquement sur la Côte-Nord, si j’avais une hypothèse à donner, [ce serait] la question du marché de l'emploi, et la question aussi de l’intervention précoce auprès des élèves qui présentent des difficultés d’apprentissage, ajoute-t-il.

Nadine Desrosiers, directrice, Centre de services scolaire de l'Estuaire

Nadine Desrosiers, directrice générale du Centre de services scolaire de l'Estuaire (archives)

Photo : Radio-Canada / Crédit: Centre de service scolaire de l'Estuaire

Nadine Desrosiers, directrice générale du Centre de services scolaires de l’Estuaire, redoute d’ailleurs l’impact qu’aura le contexte de pénurie de main-d'œuvre. Actuellement, on se bat un peu avec cette réalité-là. [...] On comprend que la pénurie, c’est pas facile pour les entreprises, mais en même temps, on a besoin d’eux. Qu’ils comprennent qu’un jeune qui travaille plus de 15 heures par semaine met à risque sa diplomation.

Outre le facteur de l’emploi, l’écart du taux de diplomation entre les garçons et les filles, l’impact de la pandémie sur les élèves plus faibles et le manque de ressources spécialisées expliquent les faibles taux de diplomation, selon Égide Royer.

Éventail de solutions

Des solutions à la fois locales et nationales peuvent être envisagées pour pallier ce faible taux sur la Côte-Nord.

À l'échelle locale, Égide Royer croit qu’une charte des employeurs pourrait sans doute avoir un effet bénéfique sur la poursuite des études malgré un emploi qui occupe plusieurs heures par semaine chez les jeunes.

La journée où vous avez une Charte des employeurs qui dit que nous protégeons le temps d’enseignement et d’apprentissage de ces jeunes-là, et qu’il y a une attente très claire que si tu veux travailler chez nous, tu poursuis tes études [...] il y a aurait une plus-value réelle, croit-il.

Richard Poirier et Nadine Desrosiers assurent tous les deux travailler au quotidien pour mettre en place des mesures pour le soutien des élèves. Pour Nadine Desrosiers, ces démarches doivent également passer par l’identification des élèves qui présentent des facteurs de vulnérabilité afin de déterminer quelles mesures préventives peuvent être proposées.

Ainsi, au-delà des solutions proposées par le gouvernement, les commissions scolaires s’organisent afin de trouver des solutions au décrochage. Toutefois, comme l’explique Égide Royer, au Québec, la réglementation dit que c’est 16 ans pour l’âge obligatoire [de fréquentation scolaire]. Alors que dans d'autres provinces, c’est 18 ans. Le rehaussement de l'âge obligatoire donc pourrait faire partie de la solution.

Professeur associé à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval, Égide Royer est psychologue et spécialiste de la réussite scolaire. (Archives)

Professeur associé à la Faculté des sciences de l'éducation de l'Université Laval, Égide Royer est psychologue et spécialiste de la réussite scolaire (archives)

Photo : Radio-Canada

Le psychologue et chercheur voit aussi d’un bon œil l’investissement de 73 millions de dollars pour un service de tutorat public au Québec et la bonification de la plateforme Allo Prof. On est pas mal leader au Canada, avec ça , souligne-t-il.

Mais ces chiffres, rappelle-t-il, ne peuvent pas s’extraire du problème de recrutement des professeurs et du manque de ressources au niveau des centres de services scolaires.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !