•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une RPA sera transformée en logements locatifs dans le centre-ville de Québec

Image de la façade de la résidence de la Seigneurie de Salaberry à Québec.

La Seigneurie de Salaberry est l'une des seules RPA dans le secteur de Saint-Jean-Baptiste, à Québec.

Photo : Radio-Canada

La centaine de locataires de la résidence pour aînés (RPA) la Seigneurie de Salaberry, dans le secteur Saint-Jean-Baptiste, devra être relogée au printemps prochain.

Un entrepreneur de Montréal a fait l’acquisition de la RPA et prévoit en faire un complexe de logements locatifs.

Une résidente du bâtiment, Nicole Gagné, est sous le choc depuis qu’elle a appris la nouvelle.

D’un sens, je comprends les propriétaires, ça a tellement été difficile avec la COVID, le manque de personnel, mais on ne s’attendait pas à ça. C’est une source de stress pour tout le monde, les familles aussi. Le regard [des gens] est paniqué, soutient la femme de 76 ans.

Celle qui habite la résidence depuis 7 ans se sent tout de même privilégiée d’être encore autonome et de ne pas être dépendante des services médicaux de la Seigneurie de Salaberry.

Elle pense toutefois à ses voisins qui n’ont pas la même chance et qui sont parfois moins mobiles ou qui ont des problèmes cognitifs.

C’est légal, mais c’est immoral. Les personnes âgées, c’est comme des enfants. Si on protège nos enfants, il faut protéger nos personnes âgées aussi. Comment ça se fait que c’est possible, ces choses-là?, ajoute-t-elle.

Informé de la fermeture de la résidence depuis le 9 août, le CIUSSS de la Capitale-Nationale dit accompagner et aider les résidents qui en ont besoin à se reloger.

Selon Nicole Gagné, des travailleurs sociaux ont aussi été envoyés à la Seigneurie de Salaberry, dès l’annonce du changement d’affectation.

Une perte de services cruciaux, selon des organismes communautaires

Dans un communiqué conjoint, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste et le Bureau d’animation et information logement (BAIL) dénoncent ce changement d’affectation de la RPA.

Une fois de plus, des locataires sont sacrifiés sur l’autel des profits de l’immobilier, clame l’organisateur communautaire au BAIL, Jonathan Carmichael.

Jonathan Carmichael, dans les studios de Radio-Canada.

Jonathan Carmichael

Photo : Radio-Canada / Nicolas Bilodeau

Comme Nicole Gagné, le permanent du Comité populaire du secteur, Charles-Olivier P. Carrier, est d'avis que le gouvernement devrait en faire plus.

Il estime que cette conversion met en lumière la vulnérabilité dans laquelle les locataires de RPA peuvent se retrouver rapidement, faute d’encadrement adéquat de la part du gouvernement.

Il craint que les résidents doivent s’éloigner de leur famille, de leur milieu de vie et de leurs repères. La Seigneurie de Salaberry cessera officiellement ses activités le 9 mai 2023.

On ne changera presque rien

Joint au téléphone, le futur propriétaire du bâtiment, Henry Zavriyev, affirme que les 150 logements actuels seront conservés et que seuls des travaux pour mettre le bâtiment au goût du jour seront réalisés.

Il promet aussi de répondre aux besoins des résidents de la Seigneurie de Salaberry du mieux possible.

La plupart des personnes qui habitent la résidence actuellement sont autonomes, alors on veut bien qu’ils restent avec nous. On va leur donner une diminution de loyer. On va même garder leurs employés. C’est un très beau bâtiment, mais qui a besoin d’amour, affirme l’homme d’affaires.

Gros plan d'Henry Zavriyev, souriant.

L'homme d'affaires Henry Zavriyev

Photo : Facebook/Henry Zavriyev

Interrogé sur la transaction, Henry Zavriyev dit avoir entendu parler de la RPA par l’entremise d’un agent.

C’est très dur pour les RPA en ce moment. Un agent m’a appelé. Ils savent que j'achète des RPA. On m’a dit que le bâtiment avait perdu son droit d’opérer comme RPA dans la dernière année.

Cette dernière affirmation n’a pas pu être confirmée par la direction générale de la Seigneurie de Salaberry, qui n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.

Comme l’affirme Henry Zavriyev, ce n’est pas la première fois qu’il se porte acquéreur d’une RPA. L’homme d’affaires a aussi prévu convertir la résidence Mont-Carmel et le Château Beaurivage à Montréal.

Il est d’ailleurs connu des comités de logements de la métropole pour ses « rénovictions » et des pratiques douteuses.

Avec la collaboration de Marie Maude Pontbriand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !