•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hockey Nouvelle-Écosse désavoue Hockey Canada, le N.-B. hésite encore

Hockey Canada se trouve au cœur de divers scandales d'affaires d'agressions sexuelles présumées depuis le printemps dernier.

Un chandail de Hockey Canada.

Plusieurs affaires d'agressions sexuelles alléguées secouent l'organisation Hockey Canada.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Hockey Nouvelle-Écosse désavoue Hockey Canada et annonce qu'elle cesse de lui verser des fonds pour la saison 2022-2023, dans la foulée des scandales d'agressions sexuelles alléguées qui secouent l’organisation.

Dans une déclaration écrite, Hockey Nouvelle-Écosse dit avoir perdu confiance dans la haute direction de Hockey Canada.

« Jusqu'à ce que les valeurs de Hockey Nouvelle-Écosse soient reflétées par la haute direction de Hockey Canada, nous ne pouvons tout simplement pas soutenir l'organisme national de régie du hockey. »

— Une citation de  Hockey Nouvelle-Écosse

La Nouvelle-Écosse suit ainsi l'exemple d'autres provinces canadiennes qui ont été plus rapides à désavouer l'organisme national.

Hockey Québec a décidé mardi de suspendre ses contributions financières à Hockey Canada. La Fédération de hockey de l’Ontario lui a immédiatement emboîté le pas.

Silence ailleurs en Atlantique

Au Nouveau-Brunswick, à l'Île-du-Prince-Édouard à Terre-Neuve-et-Labrador, les fédérations provinciales hésitent à faire de même et ne condamnent pas – pour l’instant – Hockey Canada.

Hockey Nouveau-Brunswick a affirmé jeudi qu’elle continue d'attendre les résultats de la révision indépendante de la gouvernance de Hockey Canada et ses recommandations.

Dans une déclaration écrite, la fédération néo-brunswickoise dit toutefois comprendre les préoccupations soulevées par ses membres et d'autres personnes dans tout le pays, et prend des mesures pour y répondre.

Elle ajoute qu’elle est fermement engagée à mener le changement culturel du sport.

« Nous avons engagé des experts en la matière sur les thèmes de la violence sexuelle, de la masculinité, de la maltraitance et de la discrimination. Nous promouvons la diversité, l'équité et l'inclusion, et intégrons ces valeurs importantes dans toute l'organisation. »

— Une citation de  Hockey Nouveau-Brunswick

À Terre-Neuve-et-Labrador, la fédération provinciale indique jeudi qu'elle continue de participer à la révision indépendante.

L'examen et l'instauration de changements significatifs dans notre sport et sa gouvernance sont au premier plan de nos réflexions alors que nous travaillons vers un avenir plus transparent, collaboratif et sûr pour toutes les personnes impliquées, indique l'organisation terre-neuvienne.

Du côté de l'Île-du-Prince-Édouard, Hockey PEI a relativement la même position qu'à Terre-Neuve.

Nous travaillons activement à la création d'occasions éducatives pour nos membres par le biais de consultations d'experts dans des secteurs tels que la diversité, l'équité et l'inclusion, tout en nous engageant dans d'autres sujets liés à la maltraitance, à la violence sexuelle et au respect, dont certains ont déjà commencé à être mis en place et dispensés à nos participants et animateurs de jeux, indique l'organisme dans un communiqué.

Des voix s'élèvent un peu partout à travers le pays, car la Fédération canadienne de hockey continue de défendre ses dirigeants, lourdement blâmés pour leur réaction à des allégations de viols collectifs qui auraient été perpétrés par des joueurs de l’Équipe Canada junior.

Hockey Canada a réglé en secret une poursuite de plusieurs millions de dollars, intentée par une femme qui soutient que huit joueurs d’Équipe Canada junior l’ont violée en 2018 à London, en Ontario.

Une enquête policière a par ailleurs été ouverte récemment en Nouvelle-Écosse, où des joueurs auraient perpétré au début 2003 un viol collectif, à Halifax, selon une présumée victime.

Des partenaires claquent la porte

Au cours des derniers jours, de nombreux partenaires de Hockey Canada ont rompu – en totalité ou en partie – leurs liens avec l’organisation.

Telus, la Banque Scotia et Tim Hortons ont décidé de s'éloigner du programme de hockey masculin de Hockey Canada.

Pour sa part, Canadian Tire a carrément coupé les ponts avec la fédération sportive.

Le premier ministre Justin Trudeau a également eu des mots durs envers l’organisation, jeudi. Il n’a pas caché son exaspération devant l'inaction de Hockey Canada et a même ouvert la porte au remplacement de la fédération nationale.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !